[abonnement gratuit]

le photographe

 

Maurice Tabard

Maurice Tabard
est né en 1897 et mort en 1984

Son père est soyeux à Lyon. Le milieu est riche et Maurice Tabard, qui se destinait au violon, ayant échoué au conservatoire, peut choisir d'exercer la photographie. Il s'installe d'abord aux Etats-Unis, où il aura un premier studio de photographie à l'âge de 18 ans. Son père l'inscrit aux cours de photographie du New York Institue of Photography. Il entre comme photographe-assistant au Studio Barlach – le Harcourt américain – qui l’envoie ouvrir une succursale à Baltimore.
De retour en France en 1928, il se rapproche des surréalistes. Il s'installe à Boulogne-Billancourt et commence à s'éloigner de la photo documentaire, de reportage ou naturaliste. Il théorise sur la composition photographique, considérant que ce sont les rapports de force à l'intérieur de l'image qui donne à celle-ci sa qualité, et non son rapport au sujet.
Ses images sont influencées à la fois par le Bauhaus et le Surréalisme, mouvement trop à gauche pour qu'il y appartienne jamais.
Dans les années 40 il rejoint Irving Penn, Richard Avedon et Erwin Blumenfeld à la revue Harper's Bazaar. De ce moment il est plus actif aux Etats-Unis, où il enseigne également, qu'en France où il tombe peu à peu dans l'oubli.

 

 

 

l'auteur

 

Henri Peyre
Né en 1959
photographe
Beaux-Arts de Paris en peinture
webmaster de galerie-photo
ancien professeur de photographie
à l'Ecole des Beaux-Arts
de Nîmes

www.photographie-peinture.com
www.nature-morte.fr

 

 

 

(En complément de cet article,
on pourra lire
Photographie et graphisme,
du même auteur, sur ce site)

 

 

Merci à Georges Laloire
pour sa relecture attentive

 

 

Maurice Tabard
et la composition

par Henri Peyre

 

(En complément de cet article, on pourra lire
Photographie et graphisme, du même auteur, sur ce site)

 

Photographe cultivé et exigeant, touche-à-tout de grand talent, Maurice Tabard a développé un important travail de recherche en studio et en solitaire dans l'entre-deux guerres. Ce travail de recherche, à la fois nourri de la simplicité géométrique du Bauhaus et du mouvement surréaliste est grandement lisible dans les quelques clichés que nous présentons ici.

En voici les principales caractéristiques :

Une idée préside souterrainement à la fabrication des images : il existe derrière les choses représentées un ordre caché, des fondamentaux que la représentation du réel est l'occasion de révéler. Toutefois l'ordre profond du monde réside en fait dans la composition même de l'image qui le représente. Cette composition est le sujet réel de la photographie, la représentation n'en étant que le prétexte.

L'image, et l'œuvre, ne sont donc avant tout qu'un travail de composition. La composition attaque le réel et le dissout. Cette dissolution peut être engagée dès la mise en place du sujet : la représentation empruntée au Surréalisme d'un réel hétéroclite est déjà ainsi une première façon de l'affaiblir et de laisser plus de place à la composition, comme dans cette photographie :


Maurice Tabard - Gant et flacon sous les toits de Paris, 1929

 

Dans cette même photographie on note l'horizon fortement basculé qui témoigne du peu de respect accordé au sujet, tandis que le contre-jour, en jouant la disparition des tons moyens, diminue la description du sujet et donc sa réalité, au bénéfice de l'aspect graphique de la photographie.

On retrouve cette double stratégie dans l'emploi d'un point de vue basculé et improbable pour cette photographie d'un livre d'André Malraux :


Maurice Tabard - Les Conquérants, André Malraux, 1929

 

La composition se libère encore plus du sujet lorsque Tabard se laisse aller au montage, qui permet un éloignement encore plus grand d'avec la réalité. On trouve aussi dans cette image la même technique d'effacement du sujet par perte des valeurs moyennes au profit d'oppositions graphiques entre tons clairs et tons sombres :


Maurice Tabard - Montage - Nue,1929

 

Si, dans la composition précédente, les formes alanguies du modèle pouvaient amener une certaine douceur dans la confrontation entre les lignes et le sujet, le Nu à l'Echelle indique toute la violence possible d'un procédé qui vient cette fois littéralement hacher le sujet. Il n'y a plus seulement là l'opposition entre les valeurs moyennes du modèle et le fort contraste d'ombre et de lumière projeté, il y a aussi attaque des formes rondes par une géométrie anguleuse, agressive et plaquée sur le corps du personnage.


Maurice Tabard - Nu à l'échelle, 1930

 

Le regard que l'artiste projette sur le Monde est ainsi à la fois destructeur pour la réalité et reconstructeur d'un autre ordre. Il empêche définitivement que le Monde puisse s'imposer à un observateur au regard impérial... et Tabard semble indiquer avec ironie qu'il en a bien conscience lorsqu'il réalise cette photographie d'un visage grillé par la  projection exercée sur le modèle : la réalité est bien prisonnière et assujettie au regard qu'on porte sur elle.


Maurice Tabard - Mrs Hubbel, France,1931

 

La photographie peut enfin même éluder complètement le sujet, comme dans ce tirage dédicacé à l'ami Max Ernst :

 


Maurice Tabard - "Révélateur Peinture", à Max Ernst - 1935

   

 

 

Examinons enfin une dernière image, tardive, de Maurice Tabard :


Maurice Tabard - London 1947

 

Cette photographie tardive indique pas moins que Tabard cherche toujours :
- La suprématie de la composition de l'image sur le sujet, qui ne reste qu'un prétexte (le cadrage basculé permet ici d'introduire grilles et échafaudages à gauche pour amener encore plus vers la représentation en traits d'une scène déjà parcourue par de multiples lignes).
- L'appui de cette révélation par la diminution de la part des valeurs moyennes au profit de l'opposition graphique pure entre les noirs et les blancs (ici le temps neigeux radicalise les oppositions de hautes et basses lumières).
 

 

 

Repères sur Maurice Tabard

Biographie sur le site du Centre Georges Pompidou
https://www.centrepompidou.fr/cpv/resource/cjyyyg4/r6a7xx

Biographie sur Wikipedia
https://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Tabard

Bibliographie sur le site de lagalerie du Château d'Eau
http://www.galeriechateaudeau.org/wp/maurice-tabard/

 

 

 

(En complément de cet article, on pourra lire
Photographie et graphisme, du même auteur, sur ce site)

 

   

dernière modification de cet article : avril 2017

     

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)