[abonnement gratuit]

 

l'auteur

Bernard Birsinger
8 rue de la gare
68540 Bollwiller
France

Bernard Birsinger (né le 15 janvier 1949 à Mulhouse)

Vit et travaille à Bollwiller en France
En 1975, il ouvre la première galerie photo privée de France en province : la galerie Nicéphore
Puis il devient boursier de la Fondation Nationale de la Photographie à Lyon
Il a participé à la Mission photographique de la DATAR

Formation
Richard Avedon (Famous Photographers School, New York)
 Irving Penn (Famous Photographers School, New York)
 Lee Friedlander (masterclasse, Galerie Zabriskie, Paris)
 Lewis Baltz (masterclasse, Zürich)

Expositions
Photokina à Cologne 1972, 1974, 1976
Art Basel, Bâle, 1979
Musée de l’Elysée, Lausanne 1989
Musée Nicéphore Niepce, Chalon-sur-Saône, 1991
Musée Ruhrlandmuseum à Essen (1994)
Projet August Sander, 60 ans après, die Saar : Institut Culturel d’Essen, Saarbrücken et Mainz
Projet August Sander, 60 ans après, die Mosel : Cité du livre, Aix-en-Provence (1993)
Exposition Bernard Birsinger / August Sander en même temps que Wols
Projet l’Industrie en Ruhr et Lorraine : Galerie Robert Doisneau (1994)
avec la participation d'Andreas Gursky
Biennale Internationale de l’Image de Nancy (1997)
en même temps que Robert Adams (photographe)
Bernd et Hilla Becher et Thomas Struth
Exposition Le Rhin (juin 2004)
avec la participation d'Henri Cartier-Bresson
Le Musée d'art contemporain Fernet Branca
Re-projet de la Mission photographique de la DATAR, 20 ans après
4 communes (octobre 2007)
Musée d’Art Contemporain de Barcelone (MACBA), novembre 2008
en même temps que Robert Adams (photographe), Eugène Atget, Walker Evans, Helen Levitt, August Sander, Paul Strand...
Musée Berardo à Lisbonne, mars 2009, en même temps que Robert Frank (photographe), Dorothea Lange, Ed Ruscha...
Gustave Courbet, son Pays et la Datar revisitée (2005-2010), à La Filature (Mulhouse), Scène Nationale, septembre 2010.

Bibliographie
1989 : Datar, éditions Hazan Mission photographique de la DATAR
Paysages en phototypie (direction artistique Pierre de Fenoyl)
1994 : Vis à Vis, commande avec la participation d’Andreas Gursky, Ruhrlandmuseum Essen
1994 : L’Oeil Complice, 25 préfaces sur la photo
1983-1993 de Patrick Roegiers (Journal Le Monde), éditions Marval.

Tél.03 89 48 16 14
bbb8(at)wanadoo.fr

 

 

Lire aussi
Une interview de Bernard Birsinger autour de Twentysix Gasoline Stations d'Edward Ruscha
Une présentation de
Twentysix Gasoline Stations d'Edward Ruscha par Bernard Birsinger

Twentysix Gasoline Stations - toys par Bernard Birsinger
 

 

Une présentation de
Twentysix Gasoline Stations
d'Edward Ruscha

par Bernard Birsinger

Tout commence par un refus

Beurk !

Comment ! Une telle banalité photographique doublée d'une inconsistance textuelle et intellectuelle… Et on a osé présenter cela à la Library of Congress (1) de Washington sous forme de livre. Cher Edward Ruscha, vous, l'inconnu, vous n'y pensez pas.

Verdict : refusé.

Livre refusé et renvoyé à son auteur … et cela malgré son coût dérisoire.

Combien donc ? 3,50 $.

L'histoire de ce premier livre de 46 pages d'Ed Ruscha commence par ce refus.


Lettre originale de refus du 2 octobre 1963, Library of Congress

On notera au passage que, à ce jour, la Library of Congress, n'a toujours pas ce livre dans son antre !

L'Auteur

Selon Wikipedia : (4)

Edward Ruscha est né au Nebraska dans une famille catholique romaine, avec une petite sœur, Shelby, et un petit frère, Paul. Son père, Edward Ruscha, Sr., travaillait dans la compagnie d'assurance Hartford. Sa mère l'a toujours encouragé dans son aptitude et son intérêt pour l'art. Dans sa jeunesse, Edward Ruscha était intéressé par le dessin et a développé cet intérêt tout au long de son adolescence. Il a vécu une quinzaine d'années à Oklahoma City avant de déménager pour Los Angeles où il a étudié la photographie au Chouinard Art Institute (maintenant connu sous le nom du California Institute of the Arts) de 1956 à 1960.

Après l'obtention de son diplôme, il a travaillé pour l'imprimeur Carson-Roberts Advertising Agency à Los Angeles, ce qui lui a donné le goût et l'idée originale d'utiliser le livre comme un médium dans le domaine des beaux-arts2. Les photographies de Ruscha sont destinées à ces premiers livres d'artistes américains qui paraissent au début des années 1960. Elles revendiquent leur banalité à la fois dans le thème et dans la technique. Elles n'ont en elles-mêmes aucune prétention artistique, mais recherchent au contraire l'absence de style. Ruscha publie une série de livres inspirés par la vie américaine. Ce sont des instantanés de stations-services, d'immeubles, de palmiers californiens. La photographie est aussi moyen pour se libérer de l'influence de l'expressionnisme abstrait en matière de peinture. Ruscha est influencé par Robert Rauschenberg, Jasper Johns et Marcel Duchamp.

(...) En 1962, les travaux de Ruscha ont fait partie de l'exposition « New Painting of Common Objects » au Norton Simon Museum à Pasadena, à côté d'autres artistes tels que Roy Lichtenstein, Andy Warhol, Robert Dowd, Phillip Hefferton, Joe Goode, Jim Dine, et Wayne Thiebaud. Cette exposition est historiquement considérée comme l'une des premières expositions Pop Art aux États-Unis.

Les twentysix gasoline stations

Reprenons tout d'abord de Wikipedia (5) une présentation rapide du travail de Ruscha :

Twentysix Gasoline Stations (littéralement, « Vingt-six stations-service ») est le premier livre de l'artiste américain Edward Ruscha. Publiée en avril 1963, cette œuvre, souvent considérée comme le premier livre d'artiste contemporain, a eu une influence majeure sur la culture émergente de l'«artist's book», particulièrement aux États-Unis. (...)

Le livre contient exactement ce que son titre suggère : 26 photographies de stations-service reproduites à côté de légendes indiquant la chaîne et le lieu. Depuis la première station-service, « Bob's Service » à Los Angeles, où Ruscha vit à l'époque, le livre suit un trajet jusqu'à Oklahoma City, où l'artiste a grandi et où sa mère demeure alors encore. (...)


Phillips 66, Flagstaff, Arizona, 1962
© Ed Ruscha

Le livre comprend 26 photographies en noir et blanc de dimensions et proportions variées ; la plupart sont placées sur une simple page, le texte en face de l'image ; certaines s'étendent sur une double page, quelques-unes sont placées l'une à côté de l'autre. Trois sont prises de nuit, dont l'une à Tucumcari semble avoir été prise depuis une voiture en mouvement. À part trois personnes marchant sur le Sunset Strip , un homme sortant de sa voiture à Flagstaff et un autre regardant sous son capot à Lipton en Arizona, aucun être humain n'est présent. Aucune voiture n'est visible dans certaines des photos. Presque toutes sont prises depuis le côté opposé de la route.

Toutes les stations sont situées sur la Route 66, une voie alors déjà mythifiée dans la série télévisée Route 66 et dans le livre Les Raisins de la colère de John Steinbeck, et qui réapparaît par la suite comme motif dans Easy Rider de Dennis Hopper. (...)

La première édition de Twentysix Gasoline Stations est numérotée et à l'occasion signée, ce que Ruscha admet par la suite être une erreur. (...) [il dira] J'ai éliminé tout texte de mes livres — je veux un matériau absolument neutre. Mes images ne sont pas intéressantes, pas plus que leur sujet. Ce n'est qu'une collection de faits, mon livre est plus une collection de ready-mades....

 

Edward Ruscha dit Ed Ruscha est un artiste complet qui à certaines périodes de son existence emploie la photographie pour s'exprimer. En cette année 1963, il en est à sa première publication : un livre de photographie au sujet de 26 stations-service aux USA, sur la route 66.

Voilà ce que nous en dit son auteur à un entretien donné à John Coplans(2) :

J.C. : Quel objectif visez-vous en publiant ces livres ?

Ed Ruscha – Pour commencer – quand je projette de faire un livre -, j'ai une foi aveugle dans ce que je suis en train de faire. Ce qui ne veut pas dire que je n'ai pas de doutes, ni que je ne fais pas d'erreurs. Ni que les livres m'intéressent en tant que tels. Mais j'aime les publications qui sortent de l'ordinaire. Mon premier livre est né d'un jeu sur les mots. Le titre est apparu avant même que je ne pense aux images. J'aime le mot ''gasoline'' (essence) et j'aime le caractère spécifique de ''twentysix''(vingt-six). Si vous regardez le livre, vous verrez comme la typographie fonctionne bien – j'ai travaillé sur tout cela avant de prendre les photographies. Ce n'est pas que je voulais faire passer un message important concernant l'essence, le nombre 26 ou quoi que ce soit de ce genre – je voulais juste qu'il y ait une cohérence. Surtout, les photographies que j'utilise ne sont en aucun sens ''artistique''. Je pense que la photographie est arrivée à son terme en tant qu'art ; elle n'a plus d'usage que publicitaire, pour répondre à des objectifs techniques ou d'information. Je ne parle pas de la photographie au cinéma, mais de la photographie d'art, c'est à dire des éditions à tirage limité, des photographies uniques, tirées manuellement. Les miennes sont simplement des reproductions de photographies. Donc, il ne s'agit pas d'un livre conçu comme un recueil pour une collection de photographies d'art – ce sont des données techniques comme dans la photographie industrielle. Pour moi, ce sont rien de plus que des clichés instantanés.

ED Ruscha et ses intentions(3) :

''Je perds de l'argent en tant qu'éditeur, dit-il. Mais j'en arrive maintenant au point où j'ai assez de retour pour que la perte ne soit pas trop grave. Je ne veux pas dire que c'est motivé par le profit, mais j'ai un budget pour chaque livre et cela en limite l'édition. Je veux dire que je pourrais juste en imprimer 100 de chaque et les vendre 50 dollars chacun en tant que super œuvres d'art. Mais ce n'est pas ce que je veux faire. Je veux réduire le prix pour que tout un chacun puisse avoir les moyens d'en acheter un. Je veux être le Henri Ford de la fabrication de livres."

 

Ed Ruscha et Lewis Baltz

En 1968, dès sa deuxième année de cours au San Francisco Art Institute, le photographe américain Lewis Baltz, alors encore étudiant, découvre le livre Twentysix Gasoline Stations d'un auteur encore peu connu.

Voici ce qu'il en dit :

''L'approche de Ruscha, à travers ses Twentysix Gasoline Stations me parut valider ce à quoi j'aspirais personnellement – une photographie ''degré zéro''".
Le voilà bien à un important changement de cap, dès sa deuxième année au San Francisco Art Institute.

En 1967-1968, pour quel photographe avait-il de l'admiration avant la découverte de ces ''Twentysix'' de Ruscha ? Weston père était son maître à penser. Que nous confesse Lewis Baltz ? : ''Tout jeune, j'aurais voulu être Edward Weston. Tout me fascinait : sa photographie tactile, tout en volumes et parfaitement précise, sa correspondance avec Kandinsky, et sa liste de maîtresses plus fabuleuses les unes que les autres''.

Edward Weston ou Ed Ruscha ? Les deux approches photographiques sont bien distinctes ! Quelle voie choisir ? La décision de Baltz est rapidement prise : ce sera la voie Ed Ruscha.


The Standard meet ED Ruscha. About the High Line.
New Whitney Museum, New York, 2015 - à l'exposition inaugurale, mai 2015
© Bernard Birsinger

ED RUSCHA, les Twentysix et la technique photographique

Si on parcourt les différents écrits à propos des projets photographiques d'Ed Ruscha… on est étonné que personne n'évoque cette partie essentielle à une pratique photographique qu'est la technique. J'aimerais en parler comme je l'ai fait lors des écrits concernant trois de mes professeurs : Richard Avedon, Lewis Baltz et Lee Friedlander.

J'ai évoqué sur galerie-photo.com la technique de Richard Avedon, opiniâtre maître de la lumière, de Lee Friedlander et son Zone System adapté à ses deux Leica… ainsi que de Lewis Baltz avec son Leica sur pied photo… Leica jouissant du film le plus précis que l'on pouvait trouver sur le marché au moment de son projet sur Park City et développé dans un révélateur uniquement disponible sur le marché américain.

Quid de Ed Ruscha ?


ED Ruscha, Bâle 2013
© Bernard Birsinger

Ses appareils : en 1956 il achète un appareil photo au format 6cmx 6cm., un Yashicaflex-A-I, le plus rustique de la gamme des Yashica. Avec cet appareil il dispose de 5 vitesses d'obturation possible : 1/25, 1/50, 1/100, 1/200 et la pose B. Il utilisera cet appareil jusqu'en 1978. Son Yashicaflex est muni d'un bi-objectif Yashimar de 80mm f/3,5 fermant à 22. L'optique Yashicor remplacera sur le Yashica A le Yashimar et la vitesse d'obturation du Copal passera du 1/200 au 1/300 de seconde. Tout cela est donc du rustique.

Pour son projet Sunset Strip il achète un Nikon F (le mythique Nikon F apparu sur le marché en avril 1959) et pas n'importe lequel. Il achète une version issue des recherches spatiales américaines, le F250 motor drive prévu pour une bobine de film de 10 mètres.
Quelle pouvait être l'utilité d'un tel appareil pour Ed Ruscha ? Pour son projet Sunset Strip, il accroche l'appareil sur le pare-chocs arrière de sa voiture et comme il le précise : ''chaque prise de vue sera exécutée à la même hauteur que la route monte ou descende''.

Revenons au projet des Twentysix… que vaut-il au final du point de vue technique ?

Personne n'a osé le dire : c'est techniquement catastrophique.

a) Les photos ont leurs coins surdéveloppés ainsi que certains bords.
b) Certaines laissent apparaître en leur centre des zones inégales, qui viennent d'un film mal développé.
c) Dans les photos de nuit les stations-service sont souvent ''brûlées'', c'est à dire sans détails dans les hautes lumières, ici pas de Zone-Sytem.

Mais alors, pourquoi et comment ce travail sur les Twentysix est-il devenu planétairement référentiel ?
Belle question avouez-le ! Y avez-vous réfléchi ? Non ! Il faudra quand même s'y attaquer un jour.

Pour Eugène Atget Garry Winogrand disait : ''lui, il savait se placer… se placer avec précision face au sujet ou son motif… avec sa lourde chambre 18x24''.

Et pour Ed Ruscha ? Ah, vous réfléchissez encore !

 

Bernard Birsinger Photographe.


Twentysix Gasoline Stations d'Ed Ruscha... repris dans le livre Ed Ruscha, Los Angeles Appartments, Kunst Museum, Bâle 2013, en page 20 et 21.
Steidl Editeur, ISBN 978-3-86930-700-8

 

Notes

1 The Library of Congress. La bibliothèque du Congrès assure la fonction de bibliothèque de recherche du Congrès des Etats-Unis et, de facto, constitue la bibliothèque nationale américaine. Instituée en 1800, il s'agit de la bibliothèque fédérale la plus ancienne du pays. En quelque sorte la BnF américaine.

2 Entretien avec John Coplans dans le livre : Ed Ruscha, Huit textes. Vingt-trois entretiens (1965- 2009), parution chez JRP / Ringier en 2010.
ISBN 978-3-03764-089-0 … Entretien en page 59.

3 De l'interview de Douglas M.Davis paru le 28 juillet 1969, page 1, dans le National Observer, New York.

4 Page Wikipedia.fr sur Ruscha :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Ruscha

5 Page Wikipedia sur les Twentysix :
http://fr.wikipedia.org/wiki/
Twentysix_Gasoline_Stations

 


Au New Whitney Museum, terrasses au 8ème étage plongeant sur New-York. Au bout de la High Line. New York, mai 2015
© Bernard Birsinger

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)