[abonnement gratuit]

l'auteur


Vincent Cabanes
est dessinateur de formation.
Par tradition familiale,
il pratique le travail manuel 
sous toutes ses formes depuis la
rénovation et l'extension
d'une maison jusqu'à la mécanique fine ; en tant que photographe amateur passionné, il aime
depuis toujours fabriquer
ses propres accessoires
(margeurs, pare-soleils, etc...).
Le passage à la fabrication
de son propre appareil, sous
la forme d'une petite chambre monorail, est donc
une suite logique...

 

Interview : Emmanuel Bigler

Emmanuel Bigler est professeur d'optique
et des microtechniques
à l'école d'ingénieurs de mécanique et des
microtechniques (ENSMM) de Besançon.
Il a fait sa thèse à l'Institut d'optique à Orsay
E. Bigler utilise par ailleurs
une chambre Arca-Swiss

26 chemin de l'Épitaphe
25030 Besançon cedex
bigler@ens2m.fr 

 

 

 

Construire soi-même une petite chambre monorail 6x6.

 

par Vincent Cabanes

 

Résumé : Vincent Cabanes nous explique comment il a fabriqué une petite chambre monorail 6x6 de précision en partant d'un minimum d'éléments standard Hasselblad et Linhof.

 

Figure 1 : La chambre monorail 6x6 de Vincent Cabanes

 

Q - Vincent, se lancer dans la fabrication d'une petite chambre monorail de précision, ce n'est pas quelque chose de courant. Comment définiriez vous à la fois votre expérience passée en tant que photographe amateur (type de matériel utilisé, tirages, sujets préférés, etc.), et votre expérience en tant que passionné de mécanique « faite maison » ?

R - Depuis longtemps j'aime photographier, en 24x36 tout d'abord puis en moyen format (Rolleiflex, Fuji 4,5x6) j'ai également toujours eu la passion du bricolage, construire mon appareil photo était pour moi quelque chose qui me séduisait depuis plusieurs années. Profitant que mon épouse reprenne ses études médicales, et passe de nombreuses heures à étudier, je décidais de construire cette chambre monorail durant les longues soirées d'hiver (selon la formule consacrée). Cela m'a pris quand même deux ans.

Q- Pourquoi avoir choisi une chambre monorail métallique ? Souvent les amateurs préfèrent le bois qui semble plus facile à travailler ?

R - La chambre monorail me paraît plus simple et intuitive d'utilisation par rapport à une folding que j'ai utilisé un peu et qui ne me convenais pas trop ; les réglages sont trop longs et peu pratiques. Mais j'avoue que construire un bel appareil en bois précieux m'a quand même tenté, mais bon, j'avais choisi la monorail et elle serait en métal et 6x6 j'aime les jolis petits objets et le format carré, alors ?

Q - Comment avez vous réparti vos choix entre les éléments achetés tout faits et les pièces que vous avez fabriquées vous-même ? Qu'est-ce qui vous a semblé faisable et qu'est-ce que vous avez préféré acheter tout fait ?

R - A l'exception du soufflet, du dépoli de visée, et du système d'accrochage du dos, tout a été réalisé « maison ». J'ai bien essayé de faire un soufflet, j'y suis parvenu assez facilement mais les matériaux que j'ai trouvés étaient trop épais et me donnaient un soufflet raide et peu pratique. Je me suis donc résigné à acheter un soufflet et une platine arrière pour fixer mes dos Hasselblad, ces deux accessoires sont de provenance Linhof.

Figure 2 : Le verre de visée, le dos-magasin et le viseur monoculaire redresseur sont d'origine Hasselblad

Figure 3 : Le soufflet et l'adaptateur pour dos-magasin Hasselblad sont d'origine Linhof ; le rail et les supports coulissants à engrenage sont de fabrication personnelle

 

Figure 4 : Les dos-magasins Hasselblad sont très courants ; dans sa configuration actuelle la chambre permet de monter un objectif de 75 mm.

 

Figure 5 : Les planchettes sont une réalisation de Vincent Cabanes

Q - Pouvez-vous expliquer comment vous vous servez d'un dos-magasin Hasselblad, alors qu'a priori il faut un engrenage (le fameux «engrenage à méplat» qu'on voit à l'arrière des boîtiers Hasselblad) ?

R - Les dos Hasselblad type « A » ont pour particularité de se bloquer à la 1ère vue lorsqu'on les charge mais si par un moyen quelconque on fait tourner de quelques millimètres l'engrenage qui sert d'interface avec le boîtier, cela libère l'avance du film et donc celui-ci peut-être avancé à l'aide de la manivelle du dos jusqu'à la fin du film. Dans mon cas, c'est une petite fourchette qui fait avancer l'engrenage pour passer la première vue, ensuite c'est la manivelle du dos qui prend le relais.

 

Figure 6 : Une petite griffe permet d'avancer l'engrenage de couplage du dos-magasin juste ce qu'il faut, afin que la manivelle d'avancement du film se débloque après la vue 1  (cas des magasins les plus récents, type « A »)  ; ensuite l'avancement vue par vue s'effectue avec la manivelle standard du dos.

Q - Quel type de mouvements et mécanismes bascule et décentrements avez-vous choisi ? Pouvez-vous donner quelques indications techniques à ce sujet ?

R - J'ai choisi de réaliser des bascules à la base, solution « mécanique » qui évite les effets de nutation ; les décentrements se font sur rails en aluminium équipés de « lumières », et se règlent directement à la main (il n'y a aucun réglage micrométrique à l'exception de la mise au point).

 

Figure 7 : Vincent Cabanes a choisi le système de bascules à la base

 

Figure 8 : Le pivotement de la bascule d'axe vertical étant situé au-dessus de la bascule d'axe horizontal permet de s'affranchir de la nutation.

Q - Quel types d'objectifs de chambre avez-vous choisis, sur quelles planchettes ?

R - J'ai acheté un 150 mm Schneider (Apo Symmar®). Quand à la planchette, c'est une réalisation « maison ».

Q - Quel serait votre commentaire d'utilisateur, une fois la chambre terminée et après avoir commencé à travailler avec ; je pense en particulier au délicat problème des courtes focales avec décentrements ou à d'autres problèmes qui auraient pu apparaître à l'usage ? Fort de cette expérience, vous avez sans doute d'autres projets en tête, pouvez-vous nous en dire plus ?

R - Je destine cette chambre à une utilisation studio (portraits, natures mortes) ce qui ne l'empêche pas d'être à l'aise sur le terrain. J'ai conçu cet appareil qui est dédié à l'objectif cité plus haut, et pour ce qui est des courtes focales je suis en train de réaliser un autre appareil qui sera utilisé avec un 47 mm Schneider. Ce sera un appareil qui utilisera mon interface arrière ainsi que le dépoli de visée actuel qui sera décentrable et ressemblera un peu à un Alpa mais en format 6x6 et moins coûteux.

Q - Quel est votre sentiment sur l'agrément et les limites éventuelles de votre modèle de chambre.

R - Cette chambre fonctionne très bien, je retrouve l'agrément d'utilisation de la monorail, par économie de temps je n'ai pas doté le corps avant du décentrement horizontal, je possède un trépied à crémaillère qui me permet ce réglage.

Figure 9 : Redressement du dos pour contrôle des fuyantes

 

Figure 10 : Bascules d'axes horizontal à zéro et bascule avant d'axe vertical

 

Q - Et également, si vous aviez un conseil à donner à quelqu'un qui souhaite réaliser tout ou partie d'une chambre technique moyen ou grand format, quels seraient vos conseils ?

R - Pour construire un tel modèle je n'utilise que très peu de matériel spécialisé :

  • une fraiseuse pour fabriquer le rail

  • un tour pour quelques rares pièces

  • la crémaillère se trouve facilement chez un fournisseur

  • la majorité des pièces doivent leur conception à la scie à métaux et aux limes de Genève

  • toutes les pièces en aluminium ont été anodisées dans un atelier d'électrolyse

Je conseille à tout amateur voulant se lancer dans un tel projet d'être aussi passionné de bricolage que de photographie. L'ensemble ne m'est pas revenu trop cher et les dépenses ont été étalées sur deux ans. Mais vu le prix d'un appareil d'occasion en bon état il est déraisonnable de se lancer dans une telle aventure si le bricolage n'est pas une passion. Je tiens a remercier ma femme pour sa patience, et ma fille pour ses talents de secrétaire. Si certaines personnes sont intéressées par mon expérience elles peuvent bien évidement me contacter par l'intermédiaire de galerie-photo.

 

Figure 11 : Lorsque le corps avant et le corps arrière de la chambre sont parallèles, on réalise la fonction dite de « décentrement indirect »

Caractéristiques

TIRAGE 

mini. 77 mm

 

maxi. 272 mm

DÉCENTREMENT 

vertical +/- 22 mm sur corps AV et AR

 

horizontal AV pas de possibilité AR 25 mm

BASCULE AV et AR

vertical +/- 45°

 

horizontal +/- 45°

 

DIMENSIONS ET POIDS

LONGUEUR 

31cm longueur du rail

HAUTEUR 

25cm

LARGEUR 

12,5cm

POIDS 

2kg370 avec optique de 150 mm

Figure 12 : La vue de dessus montre l'usage qu'on peut faire de petits niveaux à bulle pour mieux régler les bascules

Remarque sur le format

Le format 6x6 est parfait pour ma pratique photographique, mais à l'heure actuelle je me retrouve un peu « coincé » si je veux scanner mes négatifs, entre un scanner-film excellent mais hors de prix pour le format 120 et un scanner à plat moins onéreux mais moins performant en 6x6, format un peu limite pour ce type d'appareil ; le 4x5 lui convient bien mieux. Moralité : bien réfléchir sur le choix du format avant de se lancer, surtout si on vise exclusivement à numériser ses images.

Propos recueillis par Emmanuel Bigler 


dernière modification de cet article : 2004

 

     

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)