Message important : Nous avons réinitialisé toutes nos bases de données au 25 juin 2018. Si vous étiez déjà abonné aux nouveautés mensuelles du site et entendez le rester, il faut obligatoirement vous réinscrire. Cela ne prend que 10 secondes, on ne vous demande que votre mail, c'est gratuit, mais si vous ne le faites pas, vous ne recevrez plus la newsletter. Pour vous abonner ou vous réabonner, c'est ici : inscriptions

 

ete-2018 

[abonnement gratuit]

 

 

Daguerréotypes de Sean Culver

 

Comment êtes-vous venu à la daguerréotypie ?

J'en suis venu au daguerréotype en suivant ma pente naturelle à partir des mes premiers travaux photographiques et de sculpture. J'ai été formé aux tirages argentiques, que j'ai transformés en sculpture imitant les images et les tons du tirage par la suite ; il m'arrivait aussi d'inclure les tirages eux-mêmes dans la sculpture.

Les daguerréotypes ont des qualités dimensionnelles à la fois subtiles et évidentes qui conduisent à leur intégration dans des sculptures. La lumière sculpte elle-même à une échelle microscopique la surface d'argent finement polie, faisant ainsi apparaître l'image. L'image métallique est ensuite mise sous verre, ce qui donne au daguerréotype une épaisseur et un poids et finalement renforce sa propre présence en tant qu'objet-sculpture. Le but de mon travail de sculpteur est de créer des espaces où la lumière et la surface interagissent. Dans cette perspective, faire de la sculpture ou de la photographie est équivalent. Les objets terminés sont des métaphores de corps recevant et étant transformés par la lumière. C'est avant tout une métaphore spirituelle.

 

Quelle part de votre temps de photographe vous prend la daguerréotypie ?

La réalisation des daguerréotypes est plus étroitement liée à ma sculpture qu'à ma photographie. La plupart du temps je dessine, j'essaye, je fais des maquettes et je fais des repérages au numérique. Tout cela me laisse peu de temps pour le daguerréotype. Je n'en fais qu'une fois par an. Je ne crée les images que dans le cadre d'un projet que je veux réaliser.


©Sean Culver - boxes

the photographer

Sean Culver


photo :
Mike Robinson

Blue Box Studio
3358 N. Lawndale Ave.
 Chicago, IL, USA
sean@seanculver.com
www.seanculver.com

SELECTED EXHIBITIONS
2006 - Focal Points (solo exhibition) Chicago, IL
2005-2006 - Casting A New Light: 19th Century Process & Practices in the 21st Century (Group / Traveling Exhibition)
Curators: Jerry Spagnoli / Alyssa Saloman
2005 - The Daguerreian Niche: Group Show of New Daguerreians, Pittsburgh, PA
2002 / 2003 - Daguerreian Society Symposium, Sacramento CA, Savannah, GA


ARTIST TALKS & PRESENTATIONS
2001 - 2009: Center for Alternative Photography, NY, NY
University of Texas at San Antonio
Columbia College, Chicago, IL
Bosphorus University Istanbul, Turkey


PUBLICATIONS
1992 - 2005 Genis Aci (Turkish Magazine)
‘Living Artists’ (book)
Chicago Tribune (newspaper)
Shelter (magazine)


EDUCATION
1986 – BFA School of the Art Institute of Chicago

Born 1962, Galesburg, Illinois, USA

In english

 

 


 

Avec quel matériel sont pris ces daguerréotypes ?

J'ai une machine à polir qui a été inventée et construite chez Photographer's Formulary. J'ai fabriqué de mes propres mains les cales à polir, l'une en peau de daim et l'autre en velours de coton. J'ai une chambre Kodak 5x7 (inches) du début XXème avec un objectif non traité destiné aux plaques de verre et une Kodak Graflex du milieu du siècle pour le 4x5 et les plaques de taille plus petite. Pour le reste, j'utilise les boîtes à fumée et le pot à mercure conçu et réalisé par Mike Robinson. Tout cela est enfermé dans une boîte à fumée en plexiglas que j'ai construit moi-même et que j'ai reliée à un extracteur industriel.

 

Avez-vous établi des ponts entre votre pratique de la daguerréotypie et la photographie numérique ?

Oui. Il y a quelques années on m'a demandé de faire une conférence à l'Université du Texas pour des étudiants du 3ème cycle. Le professeur voulait que je leur montre de quelle façon j'utilisais la technologie dans ma pratique artistique. En préparant mon intervention je me suis surpris moi-même en réalisant à quel point c'était le cas. Je donnais ce titre à mon intervention : "Comment j'utilise les technologies des années 2000 pour faciliter mes méthodes de travail des années 1800". J'ai fait passer aux étudiants l'idée que j'utilisais la photographie numérique pour poser les jalons de ma sculpture. Les daguerréotypes viennent souvent conclure ces travaux. J'utilise la photographie numérique pour capter des éléments "plats" qui me permettent de prévisualiser la sculpture sur mon ordinateur, de même que l'aspect et le ressenti de toutes les expositions ou les installations que je peux réaliser. J'utilise aussi la photographie numérique pour la phase ultime de documentation, de catalogage et présentation du travail sur Internet et pour les projections.

 


©Sean Culver - boxes


©Sean Culver

   

 

Quels sont les avantages et les inconvénients du daguerréotype au sein de la famille des procédés photographiques ?

L'avantage pour moi est l'obtention du privilège de l'objet et de l'image photographique "fait main". Le procédé est tellement unique que je n'y vois pas d'inconvénients.

Pensez-vous que certains sujets s’accordent particulièrement avec la pratique du daguerréotype ?

Pour moi, tout est possible. Je ne tiens pas à mettre la moindre limitation en ce domaine.

 


©Sean Culver

   

Qu’est-ce qu’un bon daguerréotype pour vous ?

Celui qui correspond totalement à ce que l'artiste a voulu dire.

Comment voyez-vous l’avenir du daguerréotype ?

Je ne pense pas que l'avenir des daguerréotypes soi différent de celui de n'importe quel autre media artistique. Si le travail a un sens, s'il respecte ainsi son public, il a une chance qu'on se rappelle de lui et il va durer.

Avez-vous des conseils à donner aux jeunes photographes qui voudraient faire du daguerréotype ?

Oui. Approchez-le avec un sentiment de révérence et de gratitude. Considérez que c'est un privilège d'avoir une telle chance. Tombez amoureux du procédé comme si c'était une fin en soi, puis recevez l'image à la fin comme un cadeau inattendu.

 

 

dernière modification de cet article : 2009

 

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)