[abonnement gratuit]

l'auteur

 Né le 1er avril 1962 à Metz, Laurent Henn réside au Grand-duché de Luxembourg où il travaille dans un commerce de photographie. Il réalise tardivement ses premières photos (vers 18 ans seulement) avant de suivre les cours de l'Institut des Beaux-Arts de Saint-Luc à Liège (Belgique) et de s'installer à Luxembourg.

Laurent Henn
Tél. : 00 352 314261
lester@pt.lu
LUXEMBOURG

 

 

 

 

 

 

Laurent Henn

 


laurent henn©

Galerie-Photo : Laurent vous faites beaucoup de grand format ?

J'ai la chance d'utiliser du matériel photographique performant, dans une large gamme, depuis le 24x36mm (Nikon) à la chambre Sinar, en passant par le moyen format Hasselblad et la panoramique Fuji 6x17. Côté impression, depuis peu, je travaille avec une tireuse numérique Kodak (série 30) , la symbiose argentique et numérique est très étonnante. Paradoxalement, c'est la qualité des photos d'après négatif noir et blanc qui m'a le plus impressionné !
Le traitement de l'image se fait à l'aide de Photoshop.


laurent henn©

A titre personnel, outre le matériel 24x36, je possède un Bronica 4,5x6mm, combiné à un dos 135 W (24x56mm) ; ce qui me permet d'approcher le mode panoramique d'une manière plus économique ! En ce qui concerne le format supérieur, j'ai acquis une vieille chambre Folding MPP (anglaise) avec un objectif standard Schneider Symmar-s 150/5,6. Par la suite, je l'ai complétée avec un dos 6x9mm, une optique grand-angulaire Schneider Angulon 90/6,8 (que je n'ai d'ailleurs pas encore utilisé). Mais je dois vous avouer que l'accessoire dont je rêvais et qui m'a d'ailleurs provoqué quelques palpitations lors de notre première rencontre, est le dos Polaroïd 545 i. A mon avis, les films que propose Polaroïd ont ceci d'incomparable qu'ils se laissent complètement manipuler et qu'il est possible de leur appliquer toutes sortes de recettes, au gré de notre sensibilité ! Le film que j'utilise est le Polapan 55.

Pourriez-vous nous dire un mot de cette très belle série ?

Pour réaliser cette série "anatomie végétale", j'ai collecté toutes sortes de feuilles et de végétaux, qui, au fil du temps, ont subi des mutations. Celles-ci m'ont inspiré pour certaines prises de vues. J'ai utilisé le processus de transformation végétale. Parfois, j'applique au polaroïd le même processus de transformation que pour les végétaux (en laissant le temps et la matière agir sur l'émulsion…) Et, au hasard de ces manipulations, peuvent apparaître de jolies surprises .


laurent henn©

Pour certaines photos de cette série, j'ai utilisé un objectif d'agrandisseur Apo-Rodagon 90/4 qui me permet de me rapprocher davantage. La profondeur de champ étant extrêmement faible, un certain dégradé flou apparaît. En grand format, on parle souvent de haute résolution, de netteté, de piqué d'image ; mais je trouve les qualités de flou tout aussi intéressante !

 

   

 

dernière modification de cet article : 2003

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)