[abonnement gratuit]

 

le photographe

Mathieu Bauwens

matbauwens(at)gmail.com

Grote Baan, 291
1620 Drogenbos
Belgique

 

Né en 1981, je m’approche de la photographie à l’adolescence pour garder des souvenirs de mes proches et de nos vacances. Le résultat sur films couleurs me déçoivent et je suis encouragé à passer au N&B dont l’abstraction et l’immédiateté me séduisent directement.
Mes études en chimie m’éloignent un temps de la pratique photographique, mais je m‘y replonge rapidement avec un stage de 3 mois en laboratoire N&B dirigé par Raymond Saublains (Direction générale des affaires culturelles de la Province du Hainaut) et quelques stages de prise de vue en studio chez XP4 avec le photographe Christian Berthold. Bientôt, je m’installe un petit labo photo dans mon grenier.
Suite à un bref passage par le numérique, je me détourne de cette technique de photographie trop impersonnelle à mon goût pour revenir à la pellicule au sel d'argent et plus particulièrement au N&B. Au contact direct avec mes images, en contrôlant le développement et le tirage dans mon labo photo, je me sens plus proche de mes sujets et peux, par les bains de chimie, mettre en exergue l'instant capté.
Proche des photographes de reportage et humanistes, mes photographies sont proches de l'humain et de ses modes de vie.
Plusieurs sujets piquent ma curiosité ;
. Les coulisses du monde du spectacle pour lequel je collabore régulièrement; le dernier spectacle mis en scène par Pietro Pizzuti et écris par Geneviève Damas, le prochain spectacle de danse de David Sonnenbluck entre autres.
. Les coulisses de différents métiers et passions; cuisines de restaurants étoilés, 2 saisons de championnat de hockey subaquatique, activité d'une ferme laitière.
. La problématique de l'abandon et la fin de vie; reportages dans des maisons de repos, refuge pour animaux,
. Un coup de cœur pour un pays d'Asie du sud est : le Laos, sujet de très nombreux voyages et d'une exposition qui y a été montée en Mai 2012 à Luang Prabang en collaboration avec le centre culturel et l’Alliance Française.
. Mon pays, la Belgique, son bon vivre et ses absurdités territoriales…Formation en photographie
Stage de 3 mois en laboratoire argentique dirigé par Raymond Saublains (Direction générale des affaires culturelles de la Province du Hainaut) en 2005.
Stages de prise de vue en studio chez XP4 (www.xp4.be) avec le photographe Christian Berthold.

 

Expositions solo récentes
Mai 2016 ; Myosotis, Péniche Fulmar 1913, Bruxelles
Mars-Mai 2016 ; Myosotis ; médiathèque de Rosult, France
Janvier 2014 (3 mois) ; Charleroi, Ta ville , Bibliothèque de l’Université du Travail, Charleroi
Décembre 2013 (2 mois) ; Laos, a journey, Librairie Hors format, Bruxelles
Septembre 2012 (1 mois) ; Népal, Péniche Fulmar 1913, Bruxelles
Mai 2012 (1 mois) ; Muang Lane Xang, Péniche Fulmar 1913, Bruxelles



 

 

 

 

Mathieu Bauwens :
couples bilingues

 


© Mathieu Bauwens - Myosotis (1)

 

 

Qui sont ces personnages ?

Tout d’abord, je voudrais évoquer le travail et les idées qui ont conduit à sa réalisation ; il n’échappe à personne que le débat communautaire envahit de plus en plus la sphère sociale et économique de la Belgique, d’autant que des élections d’importance ont eu lieu dans le courant de l’année 2014, qui a vu l’arrivée au pouvoir d’un parti séparatiste.

« Au-delà de tout clivage politique, partir à la recherche de couples qui vivent au quotidien deux langues (sur trois que compte la Belgique) me semble important en ces périodes dites « en crise » avec la résurgence d’un repli identitaire et communautaire ».

Trois langues, ce sont trois communautés, trois cultures différentes, trois visions nuancées mais aussi une richesse. Tout comme celle de Bruxelles qui réunit toutes les conditions du métissage social.

 


© Mathieu Bauwens - Myosotis - Heide et Sébastien

 

Dans une partie de ce projet, celle qui sera présentée et développée ici, je cherche à montrer la diversité des couples mixtes. Avec eux, je veux brosser un autre tableau du bilinguisme en Belgique. Pour ce faire, et ainsi rester proche de mon idée de la banalité, je photographie les couples dans leur endroit de vie ainsi que les gestes associés (acheter une maison pour certains, une voiture, avoir des enfants, les conduire à l’école, aller au travail...) qui sont, somme toute, communs à chaque belge.

Dans un second temps, je me suis interrogé sur la réalité physique de cette ligne de séparation, j’ai donc décidé de partir à la découverte de cette frontière qui épouse peu ou prou des frontières provinciales déjà existantes.

Cette frontière n’est ni une honte, ni un crime, et en tout cas, ce n’est pas un drame. Elle n’est même pas typiquement belge. Mais ce volet ne sera pas abordé ici, il existe cependant et je tenais à le mentionner.

 


©
Mathieu Bauwens - Myosotis - Anaïs, Martin

 

Pourquoi un travail à la chambre ?

Initialement, je comptais travailler avec mon fidèle Leica M7, mais une panne électronique et une immobilisation de près de 9 mois m’ont obligé à reconsidérer mes options.
J’utilisais une chambre 4x5 inch pour des paysages (Nagaoka puis finalement une plus robuste Chamonix 045F1 à sa sortie) mais j’avais déjà tenté des portraits lors de mariages, évènements et voyages (vacances en famille dans le Périgord et voyage photo au Laos) et la qualité des négatifs, le plaisir du tirage contact -pas si petit que ça- me donnait l’envie de me lancer plus avant dans la pratique du portrait à la chambre. Il ne me manquait plus grand-chose pour oser affronter la statique du portrait posé à la chambre. La défection de mon -plus si fidèle que ça- Leica était l’occasion qu’il me fallait pour me lancer.

 


© Mathieu Bauwens - Myosotis - Ignace et Géraldine

 

Les paysages ont été pris en été avec de la Fomapan 200 dans du R09, tandis que les portraits sont pris à la TXP 320, film plus costaud qui m’a permis des temps de pause décents pour une exposition à 800 iso en lumière naturelle, les rendez vous avec les différents couples étant étalés sur une période de presque 2 années.

 


© Mathieu Bauwens - Myosotis - Audrey et Steven

Deux langues au sein de notre couple ?
Cela n'a rien pas changé grand chose. Pour tout couple, la rencontre avec la famille de l'autre est toujours quelque chose d'important et inquiétant. Cet événement a été plus impressionnant pour moi, Audrey, qui suis francophone et parlait le néerlandais enseigné lors des mes études secondaires.
Le bilinguisme parfait de Cara et de sa famille m'a permis d'améliorer considérablement mon néerlandais.
En tant qu'adultes cela nous est tellement fastidieux d'étudier une langue ! C'est donc tout naturellement que le bilinguisme s'est imposé comme choix pour l'éducation de nos enfants et la communication à la maison, si nous pouvons leur offrir cette facilité, sans que cela soit trop contraignant pour eux. Met papa t'is alleen in het nederlands, et avec maman c'est en français. Dans l'enceinte de l'école, c'est toujours, autant pour Steven que moi-même, uniquement en néerlandais.
Appliquer ce choix a été un peu difficile pour Steven lors des premières semaines de vie de notre aînée Anaïs car, entre nous, nous parlons français. Mais l'interaction naissant très rapidement entre notre bébé et son papa, c'est tout naturellement que Steven s'est mis à lui parler néerlandais. Chose facilité par la fréquentation d'une crèche et d’un milieu scolaire néerlandophone.
Les enfants sont baignés constamment dans les deux langues que ce soit chez les grands parents, à la maison, à l'école, avec leurs amis.
Entre eux ils s'expriment le plus souvent en néerlandais.
L'apprentissage de la parole et la formation de phrase, ont bien sur suscité des difficultés, mais cela en va de même pour un enfant élevé dans une seule langue. Lorsque l'enfant ne trouve pas son mot dans une langue, il le trouve dans l'autre. Notre rôle est de lui fournir le bon mot tout en répétant sa phrase afin qu'il se sente valorisé par le fait qu'il a bien été compris.
Le mix des deux langues a déjà donné lieu à des expressions rigolotes qui sont passée dans notre jargon familial.
Exemple: Anaïs aime manger des "crêpekes", tandis que Luka, lui, veut boire du "pique water".
Il est déroutant et très impressionnant, pour les non bilingues ainsi que nous en tant que parents, de découvrir ses enfants bilingues, et de les voir s'exprimer sans mal dans 2 langues.
Il arrive que je ne comprenne pas un terme utilisé par ma fille en néerlandais ; je lui dis alors que je ne connais pas ce mot et lui demande de me l'expliquer, chose que ce petit bout de jeune fille de 4 ans et demi fait très bien. Les enfants corrigent eux même leur faute de langues, c'est très mignon.
Ils adaptent spontanément la langue parlée en fonction de l'interlocuteur en face d'eux.
Actuellement, nous sommes tous les 4 et bientôt tous les 5 complètement à l'aise avec les 2 langues. Je constate qu'Anaïs et Luka ont une capacité évidente à intégrer de nouveaux mots même dans d'autres langues, l'anglais par exemple.
Ce n'est que le début de leur vie et c'est dors et déjà une réussite et une richesse pour toute la famille.

 

Comment êtes-vous venu à la photographie ?

La réponse à cette question paraîtra banale à beaucoup de monde, mais pourtant, c’est ainsi ; je suis tombé dedans quand j’étais petit… Pas si petit cependant, 14-15 ans tout de même. J’ai fait partie des mouvements de jeunesse et nous partions en camp, sous tente, avec une destination à l’étranger une année sur deux. Dordogne, Cornouailles, Côte d’Opale. J’ai voulu en garder des souvenirs, mais j’ai été rapidement déçu des résultats couleurs de mon compact tout auto de l’époque et du traitement, tout autant automatique du labo. J’ai donc été initié à la pellicule Noir & Blanc, à l’appareil reflex manuel et à la focale fixe. J’ai appris à développer mes négatifs sous mon sac de couchage en pleine nuit, à bricoler une chambre noire dans la cabine d’une vielle camionnette, et, depuis plus de 15 ans, la magie de la montée de l’image dans le révélateur ne m’a toujours pas quitté.

 


© Mathieu Bauwens - Myosotis - Jean et Metten

 

Ma formation principale est la chimie, c’est d’ailleurs mon métier, celui qui paye le crédit de la maison et l’école des enfants. Ce choix me permet de me concentrer uniquement sur des sujets et la manière de les traiter qui me conviennent, sans devoir m’embarrasser de considérations financières. Jusqu’à présent, chaque expérience (exposition, choix techniques, reportage, publication) est une confirmation que j’ai fait un choix qui me convient.

 


© Mathieu Bauwens - Myosotis - Elise et Erick

Elise :
J'ai rencontré Erik lors de formations communes sur notre lieu de travail. On est juste tombé amoureux, la question de la langue n'en étant pas une, on s'amusait plutôt des différences. Son entourage m'a très bien accueillie, même si les débuts n'ont pas toujours été faciles. J'avais toujours été une bonne élève en langue, mais je me suis parfois retrouvée au milieu de conversations dont je ne comprenais presque rien, surtout en fin de soirée, quand on ne fait plus trop attention… Aujourd’hui, ça va beaucoup mieux, et je les considère comme « ma famille du Nord du pays ». Avec nos deux enfants, l'idée est que chacun parle sa langue. Il semble en effet que l'enfant, très tôt, soit capable de distinguer l'utilisation de deux langues différentes quand on s'adresse à lui. Et on le voit au quotidien, lorsque Romain, notre aîné, « change » de langue lorsqu'il il s'adresse à Erik ou à moi… Et quand nous ne comprenons pas, il tente le coup dans l'autre langue !

Erick :
Al jaren dacht ik dat ik uiteindelijk een franstalige vriendin zou vinden. Altijd was ik aangetrokken door de mooie en zachte taal, door het 'exotische' en het 'zuidelijke'…maar tegelijk ook dichtbij en heel erg 'gewoon' in Belgie. Wanneer ik Elise ontmoette startte dan ook een volgende ontdekkingsreis in mijn leven...nieuwe mensen, nieuwe cultuur en nieuwe gewoonten. Ik weet niet of het specifiek aan de familie van Elise ligt, maar ik ben van de eerste dag supervriendelijk ontvangen en al snel ontdekte ik een tweede, toch wel andere thuis. De warme ontvangst, sympathie en openheid bleek uiteindelijk karakteristiek voor alle mensen die ik ontmoette uit de regio Charleroi en Namen. In onze relatie zelf speelt de taal sinds het begin een belangrijke rol. Altijd hebben we op een of andere manier geprobeerd om een evenwicht te hebben… door tussen ons om de twee dagen van taal te wisselen, of door altijd de taal van de gast te spreken, NL in vlaanderen, FR in Wallonie. Wanneer de kindjes er bij kwamen, de job iets meer tijd begon te vragen en er meer gezegd moest worden op kortere tijd werd er echter bijna geen nederlands meer gesproken tussen ons, en ook in Brussel word je in het nederlands niet altijd even hartelijk ontvangen. Daarom ook het belang dat we er elk aan hechen om onze kinderen goed de twee talen te leren, en ze daarom in het overwegend Franstalige brussel naar een nederlandstalige school te sturen tot hun 12 jaar. In het algemeen blijft het tweetalige een grote rijkdom voor mij persoonlijk, doordat ik als een van de weinigen in Belgie echt de beide werelden ken en dagelijks beleef. En ik was correct, lang geleden…de 'zuidelijke' taal en cultuur en levensstijl bevallen me heel erg goed !

 

Pourquoi cette exclusivité du noir et blanc ?

Une partie de la réponse à cette question réside dans ma réponse ci-dessus. Cependant, 15 ans plus tard, je peux ajouter sans me tromper que j’ai besoin de travailler avec mes mains ; L’expérience numérique, surtout du travail sur écran m’ennuie profondément et je ne suis pas capable de rester plus de 2h d’affilée concentré derrière un écran sans que je n’aie les yeux qui me sortent de la tête.

 

© Mathieu Bauwens - Myosotis - Julie et Bastian

Il y a maintenant plus de dix ans que j ai rencontre mon conjoint, Bastian, germanophone. Il a fallu du temps avant que notre relation devienne bilingue. Pendant longtemps notre “langue de couple” était l’anglais. Il nous a fallu quelque temps et quelques efforts avant de nous immerger dans la langue et la culture de l’autre, mais quel enrichissement !
Il y a l’envie permanente de faire partager sa culture a l’autre, accompagnée de temps en temps de la frustration de ne pas pouvoir faire passer toutes les subtilités de la langue.
Etre dans une relation bilingue va au-delà de la langue… cela offre un point de vue privilégié, c’est une fenêtre ouverte sur un monde a la fois si proche et si éloigné, avec sa culture, ses affaires politiques…
Je me réjouis du fait que mes enfants grandissent dans un environnement bilingue. Je leur parle en français, leur papa leur parle en allemand. Nous avons tous les deux envie de leur transmettre notre histoire et une ouverture d esprit, ainsi que des atouts pour leur futur.

 

La photographie en couleur me déçoit souvent car je ne peux faire autrement que de voir un document représentant le réel (vaste notion qui pourrait être débattue durant des jours et des jours). Je veux dire par là que la même image en N&B me semblera souvent plus poétique, en tout cas, permettra plus facilement à mon imagination de s’évader.

 


© Mathieu Bauwens - Myosotis - Franck

 

Diriez-vous que vous êtes plutôt un photographe documentaire ou plutôt un photographe humaniste ?

Je ne suis pas amateur de définition, j’ai toujours l’impression d’être mis en boîte et de passer à côté de quelque chose de plus essentiel. Je me plais à documenter les activités quotidiennes de mes semblables, de quel côté de la définition cette activité penche t’elle ?! Je ne le sais et la réponse m’importe peu. Ce qui est sur c’est que la nature morte, la photo de nature ne m’intéresse pas, même si mes goûts évoluent et que je porte de plus en plus souvent attention à la lumière qui tombe sur le sujet plutôt qu’au sujet lui-même.

 


© Mathieu Bauwens - Myosotis - Godelieve et Francis

 

 


© Mathieu Bauwens - Myosotis - Mark et Hans

 

En quoi le travail exclusif avec une seule focale, toujours la même, est-il lié avec la photographie que vous aimez faire ?

C’est tout d’abord un constat, je ne sais pas bien remplir mon cadre avec une courte focale, je nage complètement, je suis perdu dedans, littéralement. Les plus longues focales m’éloignent de mon sujet, hors le contact, visuel et verbal, est important à mes yeux lors d’une séance. Il m’est apparu que j’utilise spontanément une focale normale, ou très proche ; 50mm en 24x36mm, 180 en 4x5, 300 en 8x10 même si je trouve celle-ci un brin trop courte, un 360 me conviendrait sans doute mieux.

 


© Mathieu Bauwens - Myosotis - Stéphanie et Bert

Le bilinguisme est depuis le début de notre rencontre source de richesse mais au départ s'est avéré source de questionnement et de frustration dans la mesure où nous n'étions pas si francs et spontané dans la langue de l'autre. Très vite cette frustration a diminué. Nous nous étions rencontrés dans un contexte francophone, le reste de notre relation s'est donc établie en français.

Les choses ont changés à l'arrivée des enfants. Chacun s'adressant aux enfants dans sa propre langue. Cette façon de faire a très vite été intégrée par les enfants eux même.
Aujourd'hui dans une même conversation, ils s'adressent en français à maman et en néerlandais à papa. Un joli mélange est né et rares sont aujourd'hui les moments où l'on ne se comprend pas. Ce mélange de culture est présent au quotidien car au sein de notre petit pays, règne néanmoins des différences, parfois minimes certes, mais intéressantes.

L'univers des enfants est quant à lui bercé par les deux langues et cela ne représente pas d'obstacles, au contraire, Simon 8 ans, notre fils aîné dit qu'il se fait deux fois plus d'amis lorsqu'il est dans certains endroits car il peut s'adresser tant aux néerlandophones qu'aux francophones. Nous avons travaillé dans les médias et très vite nous nous sommes aperçus des différences de contenu dans les émissions, les thématiques...

Pour le reste, la plupart des événements, des fêtes, nous les abordons de la même façon en général. Le bilinguisme acquis plus tardivement nous a également ouvert des portes sur le plan professionnel. Nous n'avons aucun regret quant au parcours que nous avons délibérément choisi d'emprunter.

 

 

J’ai dû faire une entorse à mes habitudes pour certains des portraits du sujet et travaillant avec une focale de 125mm pour englober l’environnement ou la pièce de vie de mes sujets. Le travail à la chambre étant plus posé, j’ai bien eu le temps de tourner sept fois mon œil dans mon cadre avant de déclencher et donc de m’habituer à la couverture plus large de cette focale.

 


© Mathieu Bauwens - Myosotis - Stijn et Céline

 

 


© Mathieu Bauwens - Myosotis - Ursuly et Yves

 

Note

(1) Au sujet du projet Myosotis :

Myosotis : masculin invariable

Fleurs d’un myosotis
Plante de la famille des borraginées aux fleurs généralement bleues.

C’est ce brin de myosotis qui devait lui rafraichir la mémoire. Le myosotis a toujours passé pour un végétal mémorifère en diable. – (Alphonse Allais, Les Pensées).
Note : Dans le langage des fleurs, le myosotis signifie : ne m’oubliez pas. Il en est de même pour la traduction littérale de cette fleur dans plusieurs langues ;

• Néerlandais ; vergeet mij nietjes
• Allemand ; Vergissmeinnicht
• Anglais ; forget-me-not

Le myosotis est utilisé comme symbole par la Société d’Alzheimer et pour le 25 Mai, journée internationale des enfants disparus.

La frontière linguistique est bien plus longue que la ligne qui parcourt la Belgique et plus ancienne que le Belgique. Mon pays a obtenu son indépendance en 1830. La frontière linguistique était déjà là depuis belle lurette du temps de Charlemagne. Il y a donc un bon millier d’années de cela. Jules César, déjà, trouva ici un amalgame de Germains, de Celtes, et, qui sait, d’autres encore. Le nord de la Gaule s’est trouvé plus ou moins romanisé à la longue, jusqu’à devenir une province romaine. Mais quand l’Empire commença à s’effriter et que, petit à petit, les tribus franques s’installèrent dans nos région, une grande partie de la Gaule se transforma en un patchwork romano-germain. Il a fallu des siècles pour que les îlots linguistiques s’adaptent à leur environnement étranger quant au langage. La frontière linguistique est alors la ligne sur laquelle germanisation et romanisation s’équilibraient plus ou moins, non seulement sur le territoire qui se nomme aujourd’hui Belgique mais aussi dans tout la bande d’Europe comprise entre le nord de la France et, disons, l’Italie du nord.
Il existe une autre hypothèse, fascinante : la frontière linguistique suivrait la ligne délimitant au nord une langue préceltique disparue, une langue usitée dans un certain nombre de tribus à l’arrivée des légions romaines. Au delà de cette limite, le territoire n’es guère peuplé.Il était pour ainsi dire ouvert aux envahisseurs germains. La frontière linguistique pourrait dès lors avoir plus de deux mille ans. Ce sont seulement les langues qu’elle délimite qui ont changés.

La frontière linguistique traversait donc nos régions depuis des temps immémoriaux. Rois, citadins et paysans, tout le monde savait que, de l’autre côté, on parlait autrement. Ce qui ne dérangeait personne. Pendant des siècles, elle a été reconnue, comme on reconnaît un ruisseau ou une colline.

La néerlandisation de la vie publique flamande fut vraiment consolidée non pas grâce à la frontière linguistique géographique, car celle ci existait depuis des siècles, mais grâce à la détermination légale de cette frontière linguistique.

Le tracé attribué à la frontière linguistique par les lois de 1962 et de 1963 est le résultat d’une étude scrupuleuse de la situation de terrain d’une part, et d’autre part, de débats parlementaires houleux. En 1948, à l’initiative du wallon Pierre Harmel, une centre de recherche fut créé avec pour mission, entre autres, d’étudier l’évolution de la frontière linguistique. Un flamand et un wallon, Jan Verroken et Jean van Crombrugge, ont analysé, indépendamment l’un de l’autre, la situation linguistique tout au long de la frontière, hameau par hameau, rue par rue, ferme par ferme. A leur propre étonnement, les deux tracés étaient identiques à quelques infimes détails près. Leur ligne de frontière fut approuvée par le centre Harmel en 1952, mais ce n’est que 10 ans plus tard que notre parlement la fixa. Désormais, la frontière linguistique coïncidait, partout où cela était possible, avec les frontières provinciales.
Pour la première fois, le pays fut partagé en quatre régions linguistiques ; la région de langue néerlandaise, la région de langue française, la région de langue allemande et la région bilingue des dix-neuf communes bruxelloises. A Bruxelles, le français et le néerlandais étaient mis sur un même pied d’égalité. Mais les régions unilingues devenaient ainsi réellement unilingues le long de la frontière.

Tout le monde comprendra bien la nécessité administrative de délimiter un territoire afin de le gérer au mieux. Mais que peut bien délimiter une frontière linguistique, sinon une définition pâle et bien incomplète de l’autre, du voisin, et partant, de l’étranger ?

Au fil des années et de quelques bourdes politiques, cette frontière, qui aurait du être un lieu de partage et de découverte, est devenue un mur dans l’inconscient collectif des deux principales communautés de ce si petit pays, situé au cœur de l’Europe.

 

 

   

dernière modification de cet article : 2016

 

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)