[abonnement gratuit]

 

 

 

Sur quelques images opposant nature et monde civilisé

par Henri Peyre

Il n'y a pas d'images artistiques s'il n'existe, au sein de l'image, la mise en valeur d'au moins une opposition entre deux mondes différents (1). Nous commentons diverses images dans cet article en étudiant la façon dont les oppositions se mettent en place.


La "Tour des Cèdres" de Stefano Boeri

Ce projet de l'architecte italien Stefano Boeri pour une tour forestière de 117m de haut à Lausanne (Suisse)(2) est présenté ici dans une image qui oppose la verticalité de la tour à la faible hauteur du bâti existant. L'image met donc en valeur l'idée de forêt verticale, concept du projet. De toutes les images produites par l'architecte, c'est celle qui défend le mieux cette conception de la verticalité ; d'autres images du projet montrent en effet en arrière-plan des quartiers de Lausanne beaucoup plus hauts, si bien que l'effet de hauteur marche moins. Là, l'impression de balcon très fleurie reste collante, même sur cette image réussie, et l'illustration a été complétée astucieusement par un vol d'oiseau du plus bel effet, qui signifie bien que les occupants des derniers étages accèdent à un monde naturel et aérien qui n'a, cette fois, plus rien à voir avec la ville laissée au pied de la tour.

 


Olliver Astrologo - Ruines de la Maison Expérimentale de Rome

L’architecte Giuseppe Perugini construit la « Casa Sperimentale »(3) à la fin des années soixante à Rome. Depuis la mort de l'architecte, en 1995, ce bâtiment expérimental est laissé à l'abandon. Le photographe Olliver Astrologo en profite pour nous proposer ici une jolie image où le béton du bâtiment, encore très futuriste, est opposé à la végétation qui entoure l'édifice. Un personnage féminin est placé avec justesse à la charnière des deux mondes et la jeune femme semble, la porte du vaisseau juste ouverte, découvrir un nouveau Monde. L'opposition entre notre bonne vieille terre et ce vaisseau provenant de temps et de monde inconnus est vive et bien amenée.


Swimming Pool, Leandro Erlich, 1999, Kanazawa

Très amusante est cette installation de Leandro Erlich (4) qui nous présente l'ébahissement de personnages urbains contemplant leur propre nature de promeneurs urbains, sous la forme d'autres personnages devinables sous l'eau d'un bassin en sortie d'immeuble. Là aussi les personnages terrestres sont idéalement placés à la limite entre les deux mondes qui s'affrontent, en bordure de bassin. La confusion entre le réel et l'irréel est renforcée sur place par les reflets qui diminuent la lisibilité des personnages aquatiques et font douter qu'on a bien vu, sous l'eau, ces personnages qui ont tellement l'air de nous ressembler.

 


https://fr.pinterest.com/pin/557883472576754422/

Dans cette image, l'eau représente une nature sauvage et agitée qui a envahi un lieu urbain. Un peu comme dans l'image précédente, un élément fait irruption dans un décor habituel et en bouleverse le sens. La jouissance vient
- de ce que l'élément en question n'aurait jamais dû être là et cause chez nous à la fois des sensations liées à ce genre de lieu, qu'on connait, et à ce genre d'eau, qu'on connait aussi, qui se rencontrent, et que nous confrontons en nous-mêmes,
- et à la fois des tentatives d'explications imaginaires concernant cette situation inhabituelle.

 


Un refuge de montagne futuriste © Atelier 8000
 

On peut avoir l'effet symétrique : un élément civilisé fait irruption dans un paysage qui a l'air sauvage, comme dans le cas de ce refuge de montagne, conçu par l'Atelier 8000(5). Il y a alors toujours une jolie jouissance à la clef, accentuée ici par une deuxième idée : celle d'avoir fait ressembler le refuge à un cube tombé du ciel, élément parfaitement extra-terrestre et clairement indiqué une deuxième fois comme venant d'ailleurs. Une nuit à la Gaspard David Friedrich et les quelques lumières de l'activité humaine, qui a l'air perdue dans la nuit des sommets, ajoutent leur étrangeté et la jouissance de l'opposition vie/mort.

Par curiosité présentons l'intérieur du refuge :

C'est un document intéressant mais pas artistique : il n'y a pas d'opposition notable dans cette image entre l'intérieur et l'extérieur. Par ailleurs, le point de vue reste assez univoque parce les parois penchées n'arrivent pas, de l'intérieur, à être suffisamment significatives pour mener à l'opposition entre deux horizontalités hostiles.

 


House Zochental par Liebel Architekten BDA (6)

La photographie d'architecture présente de façon courante des oppositions entre le construit et le monde sauvage. L'architecte se doit évidemment de tenir compte du milieu dans lequel il implante sa construction et présente le plus souvent le bâtiment dans son environnement.

Le parti de l'architecte est ici de montrer combien le bâtiment, les objets et la technologie peuvent être rassurants par rapport au chaos du monde naturel extérieur. On voit ici deux enfants observant le dérèglement d'une nature monstrueuse, depuis la fenêtre, point de contact de la nature avec une cuisine parfaitement  rangée et rassurante (enfin ceci pourrait être discuté, un ordre aussi parfait peut bien lui même être perçu par le spectateur comme angoissant, conduisant à une inversion d'interprétation - quoiqu'il en soit, dans un sens comme dans l'autre, un effet artistique demeure).

 


Antonios Ando Vassiliou et Pantelis Kampouropoulos - la Casa Brutale

Très extraordinaire du point de vue de l'image est cette photographie de la Casa Brutale, maison de Antonios Ando Vassiliou et Pantelis Kampouropoulos(7). La maison profite d'une petite faille pour s'accrocher sur une falaise imposante. A l'opposition épatante construit contre nature, les architectes ont aussitôt ajouté l'opposition humide contre sec en posant la piscine sur le toit de la maison et en l'opposant à la sécheresse de la falaise. Ils terminent de nous épater en inversant le sous-marin et le sol, puisque les habitants vivent sous une piscine dont le fond est transparent, et donc sont en-dessous des nageurs. Enfin tout en étant sous les nageurs, ils restent au-dessus de la mer. Ce projet architectural est vraiment extraordinaire du point de vue de la densité des oppositions qu'il arrive à organiser, et donc du point de vue artistique.

 

 

 

l'auteur

Henri Peyre
Né en 1959
photographe
Beaux-Arts de Paris en peinture
webmaster de galerie-photo
ancien professeur de photographie
à l'Ecole des Beaux-Arts
de Nîmes

www.photographie-peinture.com
www.nature-morte.fr
organise des stages photo

 



 

 

 


Under-house pool (8)

Passons à une autre photographie, qui oppose bien une piscine organisée en grotte, avec ses formes de rochers, à un habitat en béton qui la surplombe. La jouissance vient de l'opposition des formes et de sauvagerie qui sépare le logement de la piscine lovée dans les formes naturelles du rocher. L'opposition aurait probablement été mieux rendue par un éclairage plus faible de l'eau, qui l'aurait ainsi montrée plus naturelle et plus inquiétante. Mais peut-être le client ne voulait-il pas voir sa maison devenir un cauchemar.

A moindre frais, on peut, profitant de l'existant, installer dans une maison d'architecte très ordonnée, un élément naturel fortement invasif, comme cet arbre qui fait irruption dans un salon où l'on a préparé les apéritifs (9). Artistiquement, il y a opposition et cela marche encore, même si l'arbre, tenu à distance par le verre, peut laisser croire que la nature n'est plus qu'une sorte de zoo. On n'est plus là dans la Casa Brutale. Les moyens sont immensément inférieurs et jouer avec les oppositions perd de son grandiose, et peut même commencer à relever de l'astuce.

 


Pince à linge de Mehmet Ali Uysal (10)

Astuce donc, puisque nous y sommes : cette gigantesque pince à linge de Mehmet Ali Uysal, coiffant un pli de terrain, renvoie à une double opposition entre
- nature et objet manufacturé
- grande et petite échelle.
A ce titre on peut encore parler d'artistique, mais la lourdeur de l'intention amène plutôt au sourire qu'à la fascination. Il y a plus la volonté de surprendre que d'émerveiller, et l'accessoire qui mène à la confrontation du sens est par trop téléphoné pour qu'il y ait méditation et découverte pour le spectateur.

 


Maison de Dalex Chinneck

Ainsi en est-il pareillement de cette façade glissante de Dalex Chinneck (11) qui surprend et fait sourire, mais n'arrive pas à émouvoir, malgré la dépense manifestement engagée.

 


Erwin Wurm - Sculpture

Le mot de la fin avec cette sculpture d'Erwin Wurm (12) dont la présentation classique renvoie à l'Antique mais affiche un geste contemporain appartenant à un tout autre code. La blague aurait pu s'arrêter là, si le petit jet d'eau qui sait rappeler qu'on peut aussi moquer de qui se moque n'ajoutait finalement une petite décontraction charmante et, basculant une deuxième fois les valeurs, ne finissait par entraîner un peu plus, grâce au deuxième basculement, vers l'artistique. Une autre façon encore de jouer l'opposition entre la nature et le monde civilisé. En même temps qu'on joue du sens, on montre bien ici qu'on n'y croit pas, et qu'il faut bien se garder de juger l'auteur qui n'est pas celui qu'on croit. On retrouve là le protocole de l'Idiotie (13) qui a tant marqué l'art contemporain, et qui est finalement toujours un peu lâche.

Notes

(1) à ce sujet voir l'article : Mécanique esthétique de l'image : Théorie des Mondes en http://www.galerie-photo.com/mecanique-esthetique-image.html

(2) La "Tour des Cèdres" de Stefano Boeri
http://www.demotivateur.fr/article-buzz/cette-tour-culminant-a-117-metres-de-haut-sera-la-premiere-foret-de-coniferes-verticales-du-monde--3909

(3) Olliver Astrologo - Ruines de la Maison Expérimentale de Rome, https://www.chambre237.com/oliver-astrologo-photographie-les-ruines-de-la-maison-experimentale-de-rome/

(4) Swimming Pool, Leandro Erlich, 1999, Kanazawa
https://fr.pinterest.com/pin/101894010296742092/

(5) Maison à Part - Un Refuge planté dans la montagne, 24 novembre 2014, http://www.maisonapart.com/edito/construire-renover/construction-neuve/un-refuge-de-montagne-futuriste-plante-dans-la-nei-9611.php

(6) House Zochental par Liebel Architekten BDA, http://www.journal-du-design.fr/architecture/house-zochental-par-liebel-architekten-bda-29762/

(7) La Casa Brutale - http://www.jolijolidesign.com/la-casa-brutale-une-luxueuse-maison-construite-dans-une-falaise/

(8) Under-house pool - http://pinterest.com/pin/1552946/

(9) Pinterest - https://fr.pinterest.com/pin/604397212461545852/

(10) Mehmet Ali Uysal - pince à linge
http://terresagricolespartagees.eklablog.com/le-land-art-c17598133

(11) Une Maison folle en Angleterre - Dalex Chinneck http://www.admagazine.fr/architecture/articles/larchitecture-fantaisiste-dalex-chinneck/1362

(12) https://inferno-magazine.com/2011/09/24/galerie-erwin-wurm/

(13) Voir sur ce site :
Notes de lecture : l'idiotie, de Jean-Yves Jouannais
http://www.galerie-photo.com/l_idiotie.html

 

dernière modification de cet article : 2017

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)