[abonnement gratuit]

les photographes

Laetitia Molenaar

Photographe néerlandaise, vit à Amsterdam
Diplômée de la CABK - ArtEZ
l'école des arts visuels
était peintre avant de commencer une formation de trois ans en photographie en 2005.

Grand Prix de la Découverte 2012
https://laetitiamolenaar.com
info@laetitiamolenaar.com
 


 

Richard Tuschman

Richard Tuschman commence à s'intéresser à l'imagerie numérique au début des années 1990.
Il y synthétise ses intérêts pour la photographie,
la peinture et l'assemblage.
Prix de la Photographie Paris
Il vit à New York
http://www.richardtuschman.com
rt@richardtuschman.com
 

 

 

 

Laetitia Molenaar et Richard Tuschman : Photographie d'après Edward Hopper

Résumé

Nous nous intéressons ici à deux photographes, Laetitia Molenaar et Richard Tuschman, qui ont travaillé à partir du célèbre peintre américain Edward Hopper(3).

Hopper selon Laetitia Molenaar

C'est Laetitia Molenaar qui a tiré la première sur le sujet : peintre, venue à la photographie, elle présente dès 2012 des photographies très directement inspirées des sujets d'Edward Hopper, le célèbre peintre américain aux personnages hypnotisés par la lumière.

Son but est avant tout l'appropriation de la lumière de son célèbre aîné : "Imaginez pouvoir recréer les peintures d’Edward Hopper dans des endroits réels. Cette lumière fantastique, l’expérimenter d’une manière différente. C’est cette idée qui a donné naissance au projet."(1)

 


Summer Evening 2012 © Laetitia Molenaar


Edward Hopper - Summer Evening (1947)

 


Sunlight on Brownstones 2011 / 2012 © Laetitia Molenaar

 

Laetitia Molenaar documente son travail dans une courte présentation sur son site (2). Elle réalise ses images en combinant une patiente construction de maquettes en studio avec des prises de vue à la chambre. L'ensemble fait l'objet d'un travail de post-production en numérique, qui permet d'intégrer les personnages au décor.

 


Une maquette en studio


Un plan-film avec la source pour un personnage

 

 

 
summer-in-the-city-2010 © Laetitia Molenaar

 


Sunlight in a Cafeteria 2011 / 2012 © Laetitia Molenaar

 

l'auteur
de l'article

Henri Peyre
Né en 1959
 photographe
Beaux-Arts de Paris en peinture
webmaster de galerie-photo
ancien professeur de photographie
à l'Ecole des Beaux-Arts
de Nîmes

www.photographie-peinture.com
www.nature-morte.fr

 

 

Le résultat est heureux, avec une très belle reconstruction des lumières d'Hopper dans un résumé limité aux principes de composition et d'éclairage.

Si nous comparons les images qu'obtient Laetitia Molenaar à une peinture d'Hopper, nous constatons que la principale différence d'aspect tient à l'absence de la touche dans la photographie.
La présence de la touche donne aux tableaux d'Hopper une sorte de fragilité plus grande à la fois aux personnages et à la représentation.


Intermission - Edward Hopper (1963)

La photographie de Laetitia Molenaar construit une interprétation aussi géométrique mais plus radicale et moins ténébreuse de l'univers d'Hopper. Les lignes géométriques en sortent renforcées et la lumière, sujet principal, est du coup plus éclatante. On pourrait dire qu'elle porte à l'évidence le contenu le plus profond de l'œuvre d'Hopper, dans une simplification qui peut rappeler parfois le rendu de réalité abrégé du travail de Thomas Demand.


Thomas Demand - Archives (1995)

 

Tout autre est le parti postérieur de Richard Tuschman.

Hopper selon Richard Tuschmann

Richard Tuschmann a une formation qui est plus en rapport avec l'illustration et un goût pour la narration(4). Même s'il reprend la piste des maquettes et de l'intégration de modèles photographiés à part, qu'il inclut dans un univers recomposé, il a une soif de rendu qui le porte au détail, au travail des matières, et à une réflexion sur la profondeur de champ qui est complètement absente chez Laetitia Molenaar. On est du coup avec cet auteur dans un univers proche de celui de Gregory Crewdson, lui aussi très inspiré d'Edward Hopper, et encore plus fasciné par la multiplication des détails.

 


Woman And Man On A Bed, 2012 © Richard Tuschman

 


Morning In A City, 2012 © Richard Tuschman

Ces images sont moins placées au niveau de l'Idée que celles de Laetitia Molenaar. Elles sont plus une expérimentation sur la matière du réel. Elles ont déjà intégré la surprise de la lumière, et n'en font plus le fondement dernier du travail. Elles perdent ainsi en force ce qu'elles gagnent en plaisir d'une contemplation plus scrupuleuse.

 


© Richard Tuschman

La profusion des détails réintroduit entre le spectateur et l'idée de la lumière un voile que la touche de Hopper projetait également.

 

 


Morning Sun, 2012 © Richard Tuschman

 


Edward Hopper - Morning Sun (1952)

 

   

 

Il n'est pas très intéressant de débattre ici qui aurait tort ou raison dans l'interprétation de la peinture, même si l'œuvre d'Edward Hopper semble pencher pour une radicalisation autour de ce qui est le plus important ; prenons ces travaux photographiques pour ce qu'ils sont : des œuvres nouvelles intéressantes par elles-mêmes.

Le grand intérêt en l'affaire est leur coexistence, qui montre que la photographie n'imite pas plus la peinture qu'elle n'imite le réel. A chaque fois qu'on prend son appareil on ne donne en fin de compte qu'une idée de ce qu'on est, qu'une interprétation de ce qu'on a vu et de ce qui est essentiel pour nous.

Quand la photographie n'a pas un haut niveau d'exigence technique ou de représentation, on peut en confondre les auteurs. Quand un travail énorme précède la prise de vue on obtient toujours au bout du processus le style d'un auteur, constitué par ses forces, ses faiblesses et son vécu. C'est cette conviction surtout qu'apporte une confrontation rapide entre Edward Hopper et ses deux admirateurs.

Aux photographes en quête de style :
la recette est simple : travaillez plus !

 


Second Story Sunlight 2011/12 © Laetitia Molenaar

 


Hotel By Railroad, 2012© Richard Tuschman

 

 

 


Woman In The Sun II, 2012 © Richard Tuschman

 

 

 

 

Notes

1 Imaginez pouvoir recréer les peintures d’Edward Hopper dans des endroits réels. Cette lumière fantastique, l’expérimenter d’une manière différente. C’est cette idée qui a donné naissance au projet. L’une des choses qui a fait que je suis tombée amoureuse du travail d’Edward Hopper, c’est l’interaction qu’on peut y voir entre la lumière et l’espace. Pour réinterpréter ses modèles peints dans des endroits illuminés par mes soins, j’ai fabriqué des miniatures en carton en trois dimensions. Ensuite, j’ai installé la lumière (pour la plupart des expositions, seulement une petite ampoule) pour éclairer ce petit monde artificiel en carton, c’était ma tentative pour essayer de m’approprier cette lumière. J’adore également la manière dont Edward Hopper présente l’expérience humaine en connexion avec les forces de la nature (les maisons et les gens entourés par des arbres envahissants ou nimbés dans la lumière d’un soleil triomphant) et son propre environnement culturel (la ville). Je ressens une vérité humaine universelle dans cette approche. Donc l’étape suivante dans mon travail a été de recréer cette dimension de la vie humaine. J’ai alors photographié mes modèles sur un plateau éclairé par une très puissante lumière, à l’aide d’une lampe HMI. Ensuite j’ai essayé de rassembler toutes ces choses – pour rendre ce sens de l’espace et de la lumière. » Laetitia Molenaar, in
http://www.loeildelaphotographie.com/fr/2013/01/
03/article/19529/laetitia-molenaar-here-comes-the-sun/

2 https://laetitiamolenaar.com/studio-2

3 Sur Edward Hopper : voir Wikipedia

4 An Interview with Richard Tuschman, the Photographer Behind ‘Hopper Meditations’
https://petapixel.com/2014/01/14/interview-richard-tuschman-photographer-behind-hopper-meditations/

 

 

 

 

dernière modification de cet article : 2017

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)