[abonnement gratuit]

l'auteur

  

Dan FROMM



Dan Fromm est né en 1944
Il a suivi des études d'économie
a travaillé comme spécialiste
des modèles en économétrie,
comme prévisionniste
économique et comme statisticien
Mais il a toujours refusé de répondre
aux questions concernant
la valeur des actions
cotées en bourse

La photographie est une autre
de ses vocations
il a commencé la photo
dans le but d'enregistrer
les couleurs naturelles des poissons
tropicaux qu'il avait choisi
d'héberger et de nourrir chez lui
En plus des photos de ses poissons
il a préparé et présenté de nombreux
diaporamas et films de ses voyages
dans les pays où il est allé
étudier les poissons

contact :
danielwfromm(at)hotmail.com

 

interview et
traduction

  

Emmanuel Bigler est professeur d'optique
et des microtechniques
à l'école d'ingénieurs de mécanique et des
microtechniques (ENSMM) de Besançon.
Il a fait sa thèse à l'Institut d'optique à Orsay
E. Bigler utilise par ailleurs
une chambre Arca-Swiss

26 chemin de l'Épitaphe
25030 Besançon cedex
Mail

 

  télécharger le pdf
lire la version anglaise

 

Un grand merci
à Georges Laloire
pour sa relecture attentive

 

Le posemètre et calculateur Horseman pour chambre

 

par Daniel W. Fromm

Table des matières

Résumé

Cet article présente le système de posemètre et calculateur Horseman pour chambre, qui permet de faire des mesures de la lumière derrière l’objectif, au niveau du dépoli.

1  Introduction

 

Le posemètre Horseman pour chambre (Horseman Exposure Meter) est une cellule photo-électrique qui enregistre la moyenne des éclairements au niveau de l’image, derrière l’objectif. Il est utilisable avec les chambres de format 6x9 cm ou 4x5 pouces. Le posemètre peut se glisser derrière le dépoli à la place du châssis-film. Il peut aussi être tenu par le bord sans dépoli grâce à des rainures dans lesquelles s’engagent les barres d’attache Graflok d’un dos international.

Le document de chez Horseman répondant aux questions fréquemment posées
« The Horseman Technical Camera FAQ » [1]
disponible ici http://www.kenko-pi.co.jp/horseman/e/faq_tc.html
pose la question : « Quel posemètre dois-je utiliser avec une chambre 45FA et 45HD ? »
et répond :

Le posemètre Horseman est le bon choix, parce qu’il permet à la fois des mesures de lumière en mode priorité à la vitesse et en mode priorité au diaphragme. Le posemètre Horseman enregistre la valeur moyenne des éclairements reçus derrière l’objectif (TTL), au niveau du plan du film, ce qui évite d’avoir à appliquer un facteur de compensation pour les filtres ou pour le tirage de soufflet en proxi- et macro-photo. Ce posemètre est très facile à utiliser, même par les débutants.


Figure 1 : 1re et 2e version des posemètres Buehler, vue par l’avant

 


Figure 2 : 1re et 2e version des posemètres Buehler, vue par l’arrière

2  Mode d’emploi
du posemètre Horseman

 

Ce système de posemètre est très facile d’emploi. Installer et régler la chambre, mettre au point, cadrer. Laisser l’obturateur ouvert. Régler la sensibilité du film sur le cadran du calculateur. Insérer le posemètre sur la chambre, derrière le dépoli, mettre sous tension.

Pour déterminer la bonne vitesse d’exposition pour un diaphragme fixé, fermer le diaphragme à l’ouverture de travail. Lire la valeur de l’indice F.S.V. (voir plus bas au paragraphe 4 pour la signification de cet indice), la transférer sur le cadran du calculateur, lire la valeur de la vitesse. Régler l’obturateur sur la vitesse choisie, fermer l’obturateur, enlever le posemètre et insérer le châssis.

Pour déterminer le bon diaphragme pour une vitesse donnée, choisir la vitesse désirée, régler le calculateur pour cette vitesse. Lire la valeur d’indice F.S.V. requise. Fermer le diaphragme jusqu’à ce que le posemètre indique cette valeur F.S.V. Fermer l’obturateur, retirer le posemètre et insérer le châssis ...

Vous pouvez voir une vidéo montrant le posemètre Horseman en action sur le terrain, avec les images de la prise de vue correspondante ici dans cette vidéo de Bryan Garris [2] : https://www.youtube.com/watch?v=ERYGOXFkulc

Horseman vendait un adaptateur 4x5 pouces pour les posemètres prévus au départ pour le format 6x9 cm. L’ensemble de l’adaptateur et du posemètre se glisse derrière le verre dépoli d’une chambre 4x5 pouces exactement comme un châssis film. L’adaptateur possède les rainures nécessaires pour pouvoir tenir par les barres Graflok sur un dos international 4x5 pouces.

Lorsqu’il est fixé sur une chambre 4x5 pouces, le posemètre de format 6x9 cm n’est pas centré au milieu du cadre de l’image 4x5 pouces. La surface de mesure du posemètre est déplacée d’environ 29 mm en direction de l’extrémité de l’insert.


Figure 3 : Le posemètre inséré dans un dos 6x9 cm Cambo et tenu par les barres Graflok


Figure 4 : Le posemètre monté sur une Crown Graphic 2x3 pouces, vue de devant


Figure 5: Le posemètre monté sur une Crown Graphic 2x3 pouces, tenu par le dos dépoli

 


Figure 6: Le posemètre sur son adaptateur, monté sur une Cambo 4x5 pouces, tenu par les barres Graflok

 


Figure 7: Le posemètre sur son adaptateur, monté sur une Cambo 4x5 pouces, vue de devant

 


Figure 8: Le posemètre sur son adaptateur, monté dans un dos Cambo 4x5 pouces, tenu par le dos-dépoli

3  Problèmes de mesure avec les objectifs grand-angulaires

 

Les posemètres Horseman mesurent la moyenne de l’éclairement prise sur toute la surface sensible du détecteur. Ceci peut conduire à des problèmes lorsque le format du posemètre n’est pas le même que le format d’image, ou bien lorsque l’objectif ne couvre pas toute la surface sensible, ou bien encore lorsqu’il y a une variation importante de l’éclairement entre le centre et le bord du champ due au « vignettage naturel ».

Pour estimer l’importance de ce phénomène, j’ai calculé la valeur moyenne de la chute de luminosité sur la surface du détecteur et j’ai regardé ce qui se passe pour plusieurs distances focales. J’ai supposé que l’éclairement décroît selon la loi classique en cos4 de l’angle du rayon, mesuré par rapport à l’axe optique, et que les objectifs couvraient la totalité du détecteur. La loi en cos4 décrit correctement ce qui se passe avec la plupart des objectifs pour le grand format, mais la couverture complète du détecteur n’est pas toujours possible, en particulier si on se sert du posemètre de format 4x5 pouces avec des téléobjectifs prévus pour le format 6x9 cm.

Mes calculs se réfèrent au posemètre 6x9 cm utilisé sur une chambre 4x5 pouces pour les formats 6x12 cm et 4x5 pouces, et tiennent compte de l’emplacement effectif de la surface du posemètre à l’intérieur du cadre de format d’image 4x5 pouces. On suppose que le châssis plan-film ou que le dos rollfilm a sa fenêtre d’image parfaitement centrée au milieu du format 4x5 pouces. Comme indiqué précédemment, le posemètre 6x9 cm est considérablement décentré lorsqu’il est installé avec son adaptateur sur un dos 4x5 pouces. Les écarts de mesure entre le posemètre 6x9 monté sur une chambre 6x9 et le même posemètre monté sur une chambre 4x5 sont minimes – environ 0,1 cran de diaphragme pour une optique de 35 mm de focale, et encore moins pour les focales plus longues – du coup je ne présenterai que les simulations relatives à l’usage du posemètre 6x9 cm avec une chambre 4x5 pouces.

La chute d’éclairement en bord de champ avec les optiques de chambre grands-angulaires est un phénomène « naturel » qu’il faut bien accepter ; de toutes façons le problème se posera quelle que soit la méthode choisie pour mesurer la lumière. Il y a de bonnes raisons pour utiliser un filtre gris neutre dégradé concentrique avec les objectifs ultra-grand angulaires, afin de rendre homogène l’éclairement sur tout le champ. Mais il y a des raisons tout aussi bonnes pour lesquelles de nombreux photographes n’utilisent pas de filtre dégradé concentrique avec des objectifs grand angle qui ne sont pas trop extrêmes, comme le 65 mm utilisé en format 6x9 cm ou le 90 mm en format 4x5 pouces, surtout si on utilise du film négatif.

 

 

 
Distance focale
Erreurs d’exposition (crans de diaphragme, arrondi) lorsqu’on se fie à l’indication du posemètre
(mm)
posemètre 6x9 cm
 
image 6x9 cm chambre 4x5 pouces
image 6x12 cm chambre 4x5 pouces
image 4x5 pouces chambre 4x5 pouces
 
Moyenne
Centre
Coins
Moyenne
Centre
Coins
Moyenne
Centre
Coins
35 note 1 -0,1 +1,4 -1,8 -0,4 +1,5 -2,6 n/a n/a n/a
47 -0,1 +1,0 -1,2 -0,3 +1,0 -2,0 -0,4 +1,0 -2,7
58 -0,1 +0,7 -0,9 -0,2 +0,7 -1,6 -0,3 +0,7 -2,2
65 -0,1 +0,6 -0,8 -0,2 +0,6 -1,3 -0,3 +0,6 -1,9
90 0,0 +0,3 -0,5 -0,1 +0,3 -0,8 -0,2 +0,3 -1,2
100 0,0 +0,3 -0,4 -0,1 +0,3 -0,7 -0,1 +0,3 -1,0
125 0,0 +0,2 -0,3 -0,1 +0,2 -0,5 -0,1 +0,2 -0,7
150 0,0 +0,1 -0,2 -0,1 +0,1 -0,4 -0,1 +0,1 -0,5
210 0,0 +0,1 -0,1 -0,1 0,0 -0,1 0,0 +0,1 -0,3
                 
 
posemètre 4x5 pouces
35 note 1 +1,1 +2,5 -0,7 +0,6 +2,5 -1,7 n/a n/a n/a
47 +0,8 +1,7 -0,5 +0,5 +1,7 -1,3 0,0 +1,7 -2,0
58 +0,6 +1,2 -0,3 +0,5 +1,2 -1,0 0,0 +1,2 -1,6
65 +0,5 +1,0 -0,3 +0,3 +1,0 -0,9 0,0 +1,0 -1,4
90 +0,4 +0,6 -0,2 +0,2 +0,6 -0,6 0,0 +0,6 -0,9
100 +0,3 +0,5 -0,1 +0,2 +0,5 -0,5 0,0 +0,5 -0,7
125 +0,2 +0,3 -0,1 +0,1 +0,3 -0,3 0,0 +0,3 -0,6
150 +0,1 +0,2 0,0 +0,1 +0,2 -0,2 0,0 +0,2 -0,4
210 +0,1 +0,1 0,0 +0,1 +0,1 -0,1 0,0 +0,1 -0,2
 

 

   

(note 1) Il n’existe pas d’objectif de 35 mm de focale couvrant le format 4x5 pouces. Mais on peut utiliser l’Apo Grandagon 4,5 de 35 en format 6x9 cm ou 6x12 cm avec une chambre 4x5 pouces et se servir du posemètre 4x5 pouces pour trouver l’exposition correcte.

Quand un objectif de focale trop courte pour couvrir un format donné est utilisé sans filtre dégradé concentrique, le posemètre 6x9 cm qui est décentré comme expliqué précédemment, s’il est utilisé sur une chambre 4x5 pouces, va sous-exposer légèrement les images 6x12 cm et 4x5 pouces. Si le posemètre était parfaitement centré, dans les mêmes conditions, l’erreur de sous-exposition serait plus marquée. Au contraire, un posemètre 4x5 pouces va surexposer les images 6x12 cm et 6x9 cm. L’ampleur de ces erreurs dépend des focales utilisées. Plus la focale est courte, plus l’erreur d’exposition sera importante.

Les deux posemètres, le 6x9 cm et le 4x5 pouces, utilisés pour des images de leur format nominal, donnent de bonnes mesures avec les focales normales et les longues focales.

4  Différentes versions du posemètre Horseman

 

Il y a 3 versions 6x9, la plupart ont des numéros de série à 7 chiffres comme 174xxxx. Tous présentent trois gammes de mesure, 2 - 6, 6 - 11 et 10 - 16, échelles en indices « F.S.V. », qu’on sélectionne en tournant un bouton du côté « cadran » du posemètre. Ce bouton sert également au test de la pile (calculateur d’exposition (Exposure Computer) : deux positions pour les piles A et B ; posemètre type 69 (Exposure Meter 69) : une seule position) ainsi qu’à la mise sous tension (pour le posemètre 69 uniquement). Je suppose que « F.S.V. » signifie Film Speed Value, mais je peux me tromper. L’échelle des indices F.S.V. est une échelle logarithmique qui convertit la combinaison de la sensibilité du film et de la quantité de lumière détectée derrière l’objectif en vitesse d’exposition pour une pose correcte. Pour un film de sensibilité 100 ISO, l’indice F.S.V. = 0 correspond à 30 secondes de pose.

La calculateur d’exposition Horseman (Horseman Optical Exposure Computer) utilise deux piles, une PX 26 et une PX 640. Ces deux piles sont des piles au mercure qui ne sont plus commercialisées. Le mode d’emploi met bien en garde :  Ne jamais oublier de couper l’alimentation du posemètre lorsqu’on ne s’en sert pas. Les piles sont rapidement vidées si le posemètre est laissé sous tension pendant de longues périodes. »

Le posemètre Horseman type 69 (4 MR 9) utilise également des piles au mercure introuvables. Ce posemètre a un bouton de test de pile à côté du couvercle du compartiment des piles. J’ai vu certains de ces posemètres avec un numéro de série inhabituel à 8 chiffres (et j’en possède même un).

Le modèle Horseman 69 (4 SR 44) est identique au modèle 69 (4 MR 9) sauf pour les piles.

Les deux posemètres Horseman 69 (Exposure Meter 69) diffèrent du calculateur d’exposition (Exposure Computer) sur deux aspects, en plus du fait qu’ils n’utilisent qu’une seule sorte de pile. Ils sont tous de couleur noire ; le calculateur d’exposition a sa face avant noire et sa face arrière argentée. Ils ont un bouton-poussoir pour tester la pile, il n’y a pas d’interrupteur « marche/arrêt » en évidence, et un bouton pour le test de pile et la sélection des gammes de mesure ; le calculateur d’exposition a un bouton de commutation de gammes avec une position « arrêt ». Je pense, sans avoir pu le confirmer, que de placer le bouton de commutation de gammes du modèle posemètre 69 sur la position de test de pile coupe l’alimentation.

Les deux posemètres de type 69 semblent avoir été produits simultanément. J’en ai vus qui étaient équipés de 4 piles mercure MR 9, avec un numéro de série plus élevé que des modèles équipés de 4 piles SR 44 à l’oxyde d’argent. Mais tenant compte du fait que Horseman proposait en service après vente la modification des modèles à pile mercure pour remplacer les MR 9 par des SR 44, il se pourrait que les numéros de série un peu étranges correspondent à des modèles MR 9 modifiés SR 44.

Les calculateurs d’exposition et les posemètres 69 (4 MR 9) étaient aussi commercialisés aux États-Unis sous l’appellation « Calculateur d’exposition Buehler (Buehler Exposure Computer) », vendus par l’entreprise Adolph I. Buehler, Inc. (Lake Bluff, Illinois). Cette entreprise fabriquait des duromètres et d’autres instruments pour la métallurgie.

Les posemètres Horseman 6x9 peuvent se monter sur un adaptateur 4x5 pouces qui s’attache à une chambre 4x5 pouces. L’adaptateur 4x5 peut aussi se fixer sur l’attache Graflok du dos international par les barres coulissantes.

Si on utilise un posemètre 6x9 sur une chambre 4x5 pouces, on obtient une mesure fortement pondérée au centre ; toute la lumière qui ne tombe pas dans le format de 55 par 82 mm de la cellule n’est pas pris en compte. Avec un format 6x12 cm il y a une zone d’environ 15 mm à l’extrémité de chaque image qui n’est pas prise en compte.

Il semble qu’il y ait eu deux version des modèles 4x5 pouces, toutes ont des numéros de série à 6 chiffres, comme 45xxxx, les deux étaient vendus sous le nom de posemètre Horseman 45 (Horseman Exposure Meter 45). La première version est alimentée par 4 piles MR 9, la deuxième version par 4 piles SR 44.

Les modèles 4x5 diffèrent des modèles 6x9 sur deux aspects, en plus du fait qu’ils ont une surface de mesure plus grande. Les modèles 4x5 ont un bouton « marche/arrêt », un bouton de test de pile et sélection des gammes de mesure comme le calculateur d’exposition. L’ensemble du cadran peut tourner autour de la tige, alors que dans les modèles 6x9 l’ensemble du cadran est fixé au boîtier.

Il n’est pas facile de savoir quand les différentes versions du posemètre Horseman ont été introduites sur le marché. La plus ancienne référence au calculateur d’exposition que j’aie trouvée figure dans un livre numérisé par Google daté de 1965. Les versions du posemètre Horseman 69 et 45 équipées des piles à l’oxyde d’argent SR 44 sont décrites dans le catalogue Horseman pour photographes N°2 de 1988.

5  Trouver des piles pour faire fonctionner le posemètre

 

Les seuls posemètres Horseman alimentés par des piles sans mercure sont les derniers modèles utilisant des piles à l’oxyde d’argent SR 44.

Il y a cependant plusieurs manières de faire fonctionner les anciens posemètres Horseman avec des piles sans mercure. Dans tous les cas on remplace les piles au mercure PX 26 ou un assemblage de 4 piles MR 9 avec un assemblage de 4 piles qui remplacent les MR 9, et on remplace la PX 640 par une pile équivalente. Une recherche sur Internet avec les mots-clés anglais « ”exposure computer” horseman » ou bien « ”exposure meter” horseman » vous donnera de nombreuses pages web avec des conseils pour remplacer les piles mercure de ce posemètre par des piles sans mercure.

La solution la moins chère pour faire fonctionner un posemètre Horseman qui est conçu pour des piles au mercure consiste à remplacer les piles d’origine par des piles zinc-air de type PX 675 qui servent aux prothèses auditives. Ces piles ont pratiquement la même tension que les piles au mercure MR 9, mais sont plus petites, de la même dimension que les SR 44. Pour utiliser les piles PX 675 il faut un adaptateur qui centre la pile au milieu du porte-piles, et un insert conducteur. Pour remplacer une pile mercure PX 640 par une pile zinc-air pour prothèses auditives, il faut également un adaptateur de centrage et un insert conducteur.

Sur ce site Internet :
http://www.paulbg.com/Nikon_F_meter_batteries.htm

On peut trouver des anneaux métalliques dont le diamètre extérieur correspond au diamètre des piles MR 9 et qui s’adaptent parfaitement sur une pile PX 675. Ces anneaux facilitent l’assemblage de 4 piles zinc-air PX 675 en remplacement d’une PX 26 ou de 4 MR 9, mais il faudra peut-être un insert conducteur à l’une des extrémités. Certains utilisateurs recommandent de placer un joint de caoutchouc torique (10 mm intérieur par 13 mm extérieur), ou de bobiner un peu de fil de fer ou un lien de fermeture pour sac plastique autour d’une PX 675 pour atteindre le même diamètre qu’une MR 9. Il y a de nombreuses façons pour y arriver.

Il y a des vendeurs sur eBay qui proposent des porte-piles adaptés aux piles zinc-air PX 675 et sont un remplacement direct soit pour une MR 9 soit pour une PX 640. Ces adaptateurs n’abaissent pas la tension. Rechercher sur Internet avec les mots-clés « MR9, “MR 9” » ou « PX640, “PX 640” ». Examiner les pages trouvées en se rappelant que la SR 44 à l’oxyde d’argent et la PX 657 au mercure ont les mêmes dimensions.

Les piles zinc-air sont livrées avec un opercule d’étanchéité qui préserve l’électrolyte de l’action de l’oxygène de l’air ambiant. Tant que l’opercule est en place, la pile ne fonctionne pas. On met la pile en service en retirant l’opercule. Lorsqu’on assemble ces piles les unes sur les autres, une pile peut masquer les orifices d’entrée d’air de sa voisine, du coup les piles pourraient mal fonctionner dans ces conditions. Je n’ai pas été confronté à cette situation, mais certains utilisateurs s’en sont plaints. Une fois l’opercule retiré et la pile mise en service, une pile ordinaire pour prothèses auditives ne dure qu’environ un mois. Cela peut poser problème.

Les piles WeinCell (voir http://www.weincell.com/)
sont des piles zinc-air dont le fabricant annonce que la durée de vie excède celle des piles équivalentes pour prothèses auditives. Sur ce point, les utilisateurs ne sont pas tous d’accord. Les WeinCell sont nettement plus chères que leurs équivalentes pour prothèses auditives.

Chez WeinCell proposent une pile de remplacement pour la PX 675 et une EPX 675 / MRB 625, qui remplace la MR 9. De fait en y regardant de près on y trouve une rondelle exactement comme dans l’adaptateur de chez paulbg.

Ken Rockwell [3] http://www.kenrockwell.com/tech/wein-epx-625.htm
en a testé une, il explique qu’il a fallu environ 15 minutes pour que la tension de la pile atteigne sa pleine valeur de service après retrait de l’opercule, et que la pile a conservé sa tension nominale pendant onze mois. Le fabricant Exell dit que sa pile MRB 625 est en fait une WeinCell. Voir ce site :
http://www.exellbattery.com/?portfolio=exell-battery-mrb625-zinc-air.


Une étude comparative datant de 2013 [5]
(https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc
/articles/PMC4423287/
)
a testé dix marques différentes de piles pour prothèses auditives. Les Duracell 675 étaient dans le lot celles ayant la plus longue durée de vie avec un écart considérable par rapport aux autres. Mais les Duracell étant nettement plus chères, ce n’est pas forcément le meilleur achat.

La durée de vie annoncée d’une pile zinc-air 675 avant mise en service varie d’un fabricant à l’autre et dépend des conditions dans lesquelles elles ont été conservées, cela varie entre deux et quatre ans. Nombreux sont ceux qui se plaignent de ce que les vendeurs leur ont livré des piles neuves qui s’avèrent en fait être hors d’usage. J’ai trouvé des piles 675 à très courte date limite d’utilisation dans les magasins autour de chez moi.

Une autre solution, plus chère, consiste à utiliser des piles à l’oxyde d’argent SR 44 dans un adaptateur aux dimensions des piles MR 9, avec un réducteur de tension incorporé qui ramène les 1,55 V de la pile à l’oxyde d’argent à la tension des piles au mercure : 1,35 V. Les piles SR 44 ont une durée de vie bien supérieure à celle des zinc-air 675 après activation.

 

Chez Criscam.com
(voir http://shop.criscam.com/collections/mercury-battery-adapters/
      products/mr-9-mercury-battery-adapter )
fabriquent un adaptateur qui contient une pile SR 44 et qui abaisse la tension à 1,35 V. L’adaptateur a les mêmes dimensions qu’une pile MR 9. Chez Criscam vendent ce produit 36$ pièce. On peut également trouver moins cher sur eBay différents adaptateurs inspirés par celui de chez Criscam, mais qui ne semblent pas donner entière satisfaction.

Sur ce site : [4http://www.butkus.org/chinon/batt-adapt-us.pdf
on trouvera les explications pour fabriquer soi-même un adaptateur semblable à celui de chez Criscam.

Chez Gossen, on pouvait trouver l’adaptateur ref. GO 4145, qui prend deux piles SR 44 et réduit la tension d’ensemble à 2,7 V. Cet adaptateur n’est plus au catalogue, il est difficile à trouver.

 

Duane Becker
(http://home.myfairpoint.net/
snowleop/merc/index.htm)
proposait, et propose peut-être encore, un adaptateur pour remplacer une pile PX 640. Le dispositif se présente exactement comme une pile PX 640, il contient une pile lithium de 3 V type CR 1632, et réduit la tension jusqu’à 1,35 V.

Tableau des piles utilisées dans les posemètres Horseman
type de pile tension diamètre hauteur
PX 26 (mercure) 5,4 V 15,9 mm 26,5 mm
PX 640 (mercure) 1,35 V 16,0 mm 11,2 mm
4MR9 (mercure) 5,4 V 16,2 mm 27,1 mm
MR 9 (mercure) 1,35 V 15,6 mm 5,95 mm
Remplacement possible
SR 44 (oxyde d’argent) 1,55 V 11,6 mm 5,4 mm
ZA 675 (zinc-air) 1,45 V 11,6 mm 5,4 mm
MRB 625 (zinc-air) 1,45 V 15,25 mm 6,02 mm

On pourrait penser remplacer les piles MR 9 par des piles alcalines 625 A et remplacer les piles du calculateur d’exposition Horseman PX 640 par des piles alcalines 640, car elles ont exactement les mêmes dimensions. En général ce n’est pas une bonne idée de faire cela, car si les dimensions sont les mêmes, les tensions sont différentes et de plus, si les piles alcalines ont une tension de l’ordre de 1,5 V lorsqu’elles sont neuves, cette tension chute progressivement pendant la durée de vie de la pile. De ce fait, l’étalonnage du posemètre est faux au début de la vie de la pile alcaline, et les ajustements nécessaires à une mesure correcte changent au cours de l’usure de la pile. Néanmoins certains utilisateurs procèdent ainsi, parfois avec de bons résultats.

6  Quand est-il préférable d’utiliser le Horseman plutôt qu’un posemètre à main ?

 

Le posemètre Horseman mesure l’éclairement dans le plan du film et de ce fait simplifie considérablement la prise de vue à courte distance en lumière continue. Il n’y a plus besoin de calculer et d’appliquer un facteur de soufflet correctif.

Le posemètre permet d’obtenir une bonne mesure avec une optique grand-angulaire équipée d’un filtre dégradé concentrique : il n’y a plus besoin de penser au facteur correctif du filtre.

Mesurer la lumière lorsqu’on travaille avec un ultra-grand angulaire non équipé d’un filtre dégradé concentrique est toujours problématique. Avec le posemètre Horseman 6X9 installé sur une chambre 6x9 cm ou le modèle 4x5 sur une chambre 4x5 pouces on surexpose plus le centre du champ et sous-expose moins les coins qu’avec un posemètre à main. Lorsque la surface du détecteur correspond à celle du format d’image, l’écart d’éclairement entre le centre et le bord est le même quel que soit le type de posemètre utilisé. La seule chose qui change c’est la répartition des erreurs d’exposition à l’intérieur du format.

Comme mentionné plus haut, un posemètre 6x9 aura tendance en moyenne à sous-exposer un format 4x5 pouces suffisamment pour qu’il faille s’en soucier avec les objectifs de focale nettement plus courte que 90 mm. De la même façon, un posemètre 4x5 aura tendance à surexposer les images 6x9 cm ou 6x12 cm suffisamment pour qu’on s’en soucie avec les optiques de focale plus courte que 65 mm.

Le posemètre Horseman peut également être utile lorsqu’on photographie avec une focale plus longue que la normale. L’angle de vue au niveau du film peut facilement être plus étroit que l’angle d’acceptance d’un posemètre à main, et être plus large que celui d’un spotmètre.

Mais la raison principale pour ne pas utiliser le posemètre Horseman sur le terrain est son encombrement.

7  Acheter un posemètre Horseman

 

On peut trouver les posemètres Horseman sur eBay chez plusieurs vendeurs, dans une large gamme de prix. En acheter un sans possibilité de le renvoyer au vendeur, même si le vendeur prétend qu’il fonctionne, est un pari risqué.

Le site Internet [6]   http://www.kenko-pi.co.jp/horseman/funou.html
(vous pouvez passer par un traducteur automatique de pages web si vous ne lisez pas le japonais) dit que les posemètres Horseman sont « des produits irréparables ». Les vendeurs savent rarement comment les tester.

8  Mon expérience avec les posemètres Horseman

 

J’ai placé une enchère sur eBay pour un posemètre étiqueté Buehler, un modèle du type « Exposure Meter 69 (4 MR9) », proposé non testé au prétexte que les piles étaient introuvables, donc sans garantie aucune de bon fonctionnement, et sans retour possible de l’achat. Il était livré dans sa boîte, avec le mode d’emploi d’un modèle « Exposure Computer » et l’adaptateur pour le format 4x5 pouces.

Je ne sais pas si l’adaptateur 4x5 que j’ai reçu est représentatif ou non. Le posemètre n’est pas bien tenu, il y a du jeu, et le verrouillage censé tenir le posemètre fonctionne très mal. Donc à utiliser avec précaution.

Comme j’ai deux adaptateurs Gossen 4145, j’ai pu essayer le posemètre avec ces dispositifs. Après avoir un peu bricolé – j’ai dû ajouter un peu de papier d’aluminium entre l’adaptateur et le fond de l’assemblage de piles – le posemètre est revenu à la vie. Le test de piles semblait tester quelque chose, mais à part cela, le posemètre ne fonctionnait pas correctement. En lumière atténuée, en regardant à travers un objectif fermé à f/32, les trois gammes de mesure étaient toutes complètement fausses, avec une indication bien trop élevée. Chez Nippon PhotoClinic à New York l’ont regardé pour moi, m’ont dit que le composant électronique indispensable au bon fonctionnement, dans le circuit du posemètre, n’existait plus. Bref : j’ai joué, j’ai perdu.

Mais comme j’avais décidé qu’il me fallait absolument l’un de ces posemètres, j’ai acheté le modèle Exposure Computer également vendu sous la marque Buehler, chez un autre vendeur sur eBay. Le vendeur annonçait que le posemètre fonctionnait correctement, mais il ne fonctionnait pas chez moi, j’ai donc retourné l’objet au vendeur.

Ensuite j’ai acheté un modèle Exposure Meter 69 (4 MR9) décrit par le vendeur sur eBay au Japon comme ayant été testé et en bon état. Le risque que je prenais était limité puisque eBay garantit en principe le droit de retour si les marchandises ne sont pas conformes à la description.

Ce posemètre à l’air un peu écaillé d’aspect, mais il fonctionne bien. Lorsqu’on le place horizontalement, l’aiguille du galvanomètre s’immobilise sur le zéro de l’échelle de pile, conformément au mode d’emploi – c’est la position dans laquelle on peut faire le zéro du posemètre – mais dépasse cette position lorsque l’objet est placé verticalement. De la même façon, l’aiguille se place en face du repère « bonne pile » lorsque le posemètre est horizontal et qu’on pousse sur le bouton du test-piles, mais l’aiguille dépasse cette position si on place le posemètre en vertical.

Malgré ces réserves, l’objet fonctionne correctement et ses indications sont en bon accord sur les trois gammes de mesure avec celles que donne ma bonne Sekonic L-328. Et comme on le dit chez Horseman et chez Bryan Garris, l’instrument est très facile à utiliser.

Notes & Références

[1]

« Quel posemètre dois-je utiliser avec une chambre 45FA et 45HD ? »
(What exposure meter should I use for 45FA and 45HD?)
http://www.kenko-pi.co.jp/horseman/e/faq_tc.html

[2]

Une démonstration de Bryan Garris sur l’utilisation du posemètre Horseman
https://www.youtube.com/watch?v=ERYGOXFkulc

[3]

Les tests par Ken Rockwell des piles zinc-air Wein
http://www.kenrockwell.com/tech/wein-epx-625.htm

[4]

Fabrication d’un adaptateur pour remplacer les piles au mercure par des piles modernes
http://www.butkus.org/chinon/batt-adapt-us.pdf

[5]

Une étude de 2013 à propos des piles zinc-air pour les prothèses auditives
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/
articles/PMC4423287

[6]

http://www.kenko-pi.co.jp/horseman/funou.html

 

 

télécharger le pdf
lire la version anglaise

 

 

Dernière modification : 2017

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)