[abonnement gratuit]

 

l'auteur

Anton Pellegaric


Né en 1978
formation en biologie
Membre du collectif photographique
a Picture, Ourselves
www.apictureourselves.org
anton.pellegaric(at)gmail.com

 

 

 

 

 

Harman DPP et Caffenol : un couple moderne

par Anton Pellegaric

Introduction

En 2001 la société Harman a introduit sur le marché un papier appelé papier positif direct (Direct Positive Paper, DPP) : sur le papier exposé puis développé apparaît une image positive, d'orientation inversée par rapport à la réalité (effet miroir).

J'ai testé le Caffenol comme révélateur pour le papier positif direct de chez Harman, pour des raisons
- esthétiques (les premiers résultats de papier positif direct publiés sur la toile me semblaient beaucoup trop contrastés),
- pratiques (ce révélateur peut être produit n'importe où en quelques minutes) et
- écologiques (je ne connais pas d'autre révélateur photo qui puisse être rejeté à l'évier sans trop de mauvaise conscience).

Matériel et méthodes

 

Matériel

- Un verre doseur pour le Caffenol.
- Une balance de cuisine pour le Caffenol.
- Un thermomètre pour la température du Caffenol.
- Trois ou quatre bacs en plastique, dont au moins deux avec couvercle, pour le développement.
- Un minuteur pour le temps de développement.
- Une paire de pinces qui servira à transférer le papier de bac en bac.
- Une LED rouge pour la chambre noire.

Produits

- Papier : Harman Direct Positive Paper.

Le papier positif direct existe en trois variations :
papier baryté FB ("Fibre Base"), et papier RC ("Resin Coated") perlé ou brillant ("lustre" & "glossy"), avec un grand nombre de tailles.

Le format 4x5 proposé par Harman a été source de confusion, puisque certaines personnes ont rapporté la nécessité de couper légèrement le papier RC 4x5 commandé pour pouvoir l'utiliser dans leurs châssis. Quelques éléments de réponse et une mise en garde :

- le papier FB a été, au lancement du produit, le seul papier positif direct pré-découpé au format chambre 4x5 (en fait un peu moins que 4x5 pour que le papier puisse rentrer sans problème dans les châssis, soit 3.9x4.9 pouces).
- Le RC n'était, lui, proposé qu'à la taille exacte 4x5, d'où la nécessité de couper légèrement le papier pour le faire rentrer dans les châssis.
Il semble qu'Harman ait compris le problème, et tous les papiers positifs directs devraient être proposés très bientôt au format 3.9x4.9 châssis. Le papier 4x5 RC que j'ai commandé est en effet arrivé à la taille "4x5 nominal", soit 9.96x12.5 cm. Attention à ce point donc lors de la commande, la référence 4x5 est source de confusion, vérifiez plutôt la taille en système métrique (elle est indiquée sur le paquet, confirmez ce point avec le vendeur), 9.9x12.5 cm et non 10.1 x 12.7 cm pour une utilisation en châssis !

On peut acheter ce papier par correspondance, par exemple sur un de ces liens :
en France  ou en Angleterre.
A noter que dans ce dernier cas une grande partie des frais de port affichés est remboursée (pour deux boîtes les frais de port sont au final de 4£50).
Harman propose également une vente directe sur son site avec 10£ de frais de port.

- Café soluble : j'ai acheté le moins cher, en bas de gondole.

- Na2CO3 : carbonate de sodium, en vente au rayon lessive.

- Acide ascorbique: on peut utiliser - en cas d'envie trop difficile à contenir - de la vitamine C effervescente à réduire en poudre, mais de nombreux excipients sont présents, aussi dans la mesure du possible on préférera utiliser de l'acide ascorbique en poudre (disponible en pharmacie ou sur internet).

- Ilford Rapid Fixer.

Préparation du Caffenol (250 ml)

Le Caffenol est un mélange de carbonate de sodium (pH alcalin), de café soluble (l'acide caféique et la caféine pourraient agir comme agent révélateur, mais l'action d'un autre constituant ne peut être écartée) et de vitamine C (un agent révélateur bien connu mais également un anti-oxydant). Après différentes lectures sur le Caffenol, dont le très bon blog images frugales, j'ai adapté les quantités de carbonate de sodium et acide ascorbique, pour la facilité de pesage et des considérations économiques (multiple de 5g pour le Na2CO3, et quatre fois moins d'acide ascorbique que dans les recettes habituelles).

• Ajouter à 100 ml d'eau tiède dans un verre doseur :

1. Na2CO3 20g (80g/l), attendre la dissolution complète puis
2. Acide Ascorbique ~ 1g (4 g/l) [1/2 cuillère à café], bien mélanger... puis
3. Café soluble 10g (40 g/l), bien mélanger.

• Ajouter de l'eau froide jusqu'à 250 ml, mélanger.

• Mesurer la température du mélange et la noter, ceci permet de connaître l'effet de la température sur les tirages. Avec mon protocole, la température se situait entre 20 et 23°C et je n'ai eu aucun problème à ce jour.

Exposition du papier

Il est possible pour commencer de réaliser des photogrammes : poser un objet sur le papier, allumer la lumière blanche du plafonnier une ou deux secondes (à tester en fonction de la puissance et la distance), révéler. Cette méthode peut s'avérer intéressante avec des enfants par exemple, de par sa facilité de mise en œuvre.

Le papier est bien sûr également destiné à être exposé grâce à un sténopé ou un appareil photographique. Dans ce cas faites des tests de sensibilité pour le papier (par exemple avec une chambre choisir un couple vitesse/obturation, tirer le volet pour exposer un quart du papier photo, puis tirer le volet d'un autre quart et effectuer une autre exposition, etc. ).

Pour indication dans mes conditions d'utilisation j'ai trouvé une sensibilité d'environ 0,5-1 ISO (le papier RC a dans mes mains une sensibilité double par rapport au FB). Prévoir donc un objectif avec une relativement grande ouverture pour les portraits. Je me suis servi d'une speed graphic associée à un objectif aero ektar 178mm f/2.5 utilisé à pleine ouverture.

Développement en chambre noire

Mes toilettes sans fenêtre font office de chambre noire, je mets simplement un grand drap sur la porte pour cacher les entrées de lumière. La lumière rouge inactinique est une led de feux arrière de vélo.

Dans un premier bac avec couvercle je verse les 250 ml de Caffenol.

Le couvercle sert à se protéger de l'odeur libérée par le mélange, qui, à la longue, peut s'avérer incommodante.

Je place le papier photo dans le bac, je déclenche le timer, et j'agite doucement.

Au bout de 2 à 5 cinq minutes, lorsque le contraste de la photo est correct, je prends le papier avec les pinces, et je le place dans un bac rempli d'eau. Ceci libère un peu l'excédent de Caffenol du papier et permet de garder le fixateur propre un peu plus longtemps.

Puis la photo est placée dans le fixateur (ici Ilford Rapid Fixer 1+4) pendant 30 secondes pour le papier RC ou 1 minute pour le papier FB. La photo est ensuite plongée dans un bac d'eau pour arrêter la fixation.

Avec le papier FB le lavage doit être long. Le Na2CO3 peut faire office d'aide de lavage, j'utilise une concentration de 20g/l pendant quelques minutes, puis je change l'eau du bac assez souvent (4 ou 5 fois), pour un temps total de 30-40 minutes. Le lavage pour le papier RC est beaucoup plus rapide, cinq minutes dans une eau à 20°C sont normalement largement suffisantes.

Résultats et discussion

Papier FB

Cette image a été développée sans agitation, ce qui rend le processus encore plus simple.

Papier RC

 

La papier positif direct FB développé avec le Caffenol prend une teinte sépia, et des marbrures sont apparentes (elles sont moins visibles sur le tirage que sur le scan).

Le papier positif direct RC a un rendu plus classique, le café ne teinte pas le tirage, et les contrastes sont plus forts qu'avec le papier FB. Le traitement de ce papier est beaucoup plus rapide, le lavage et le séchage ne se transforment pas en parcours du combattant.

Ces premiers tests ont été réalisés sans pré-flashage, il serait intéressant d'observer la conjonction pré-flashage / développement au Caffenol sur le contraste du papier RC notamment. Le développement du papier positif avec le Caffenol s'avère donc une solution tout à fait satisfaisante, tant avec le FB qu'avec le RC, pour des résultats cependant esthétiquement différents. La rapidité du procédé est très intéressante, une épreuve est obtenue en quelques minutes.

Conclusion

La photographie argentique est en pleine mutation, des outils disparaissent, des procédés anciens refont surface... Les intérêts du papier positif direct, à savoir l'absence de négatif donc la nécessité absolue de réussir le tirage puis de conserver précieusement ce résultat unique, la faible sensibilité et donc des poses longues en portrait qui permettent de retrouver une certaine solennité du procédé, constituent également ses limites, et ce papier n'est pas destiné à remplacer les plans films et autres papiers argentiques. Mais il s'agit d'un outil de plus, avec lequel le néophyte que je suis a pu commencer à utiliser une chambre 4x5 sans se soucier du développement des plans films, de l'agrandissement ou de la numérisation des négatifs. La taille de l'épreuve 4x5 en fait un tirage respectable, cependant il est possible d'effectuer des agrandissements numériques en scannant le positif sur un scanner pour document. A vous de jouer pour faire de ce papier autre chose qu'un gadget difficile à manier, un outil photographique moderne à part entière !

 

 

dernière modification de cet article : 2011

 

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)