[abonnement gratuit]

 

A propos d'une image de Thomas Pradeilles

Thomas, pouvez-vous vous présenter ?

Je suis actuellement étudiant en seconde année a l’école des beaux-arts de Nîmes. Cela fait maintenant un peu plus de deux ans que je m’intéresse à la photographie en plus des autres médiums qu’il m’est offert de pratiquer et d’étudier. Mais celle-ci m’a tellement passionné que j’en ai d'abord fait un médium privilégié, négligeant les autres… c'est une erreur que je regrette car on trouve bien des réponses au contraire en s'ouvrant au maximum. J'ai perdu pas mal de temps a cause de ce choix.

Quel est le matériel employé pour cette prise de vue ?

Etant encore étudiant, je suis contraint de faire extrêmement attention au coût financier de mon travail. Ainsi tout est calculé pour utiliser le moins de pellicules possible, réduisant de même le temps de pose de mes modèles. Je me renseigne d’abord sur la symbolique des objets que je vais utiliser pour m’assurer qu’aucun d’entre eux ne va à l’encontre de la signification de mon cliché. Je fais ensuite plusieurs dizaines de croquis pour voir quelles poses seraient les plus intéressantes. Ceci fait je fais venir une première fois mon modèle, effectuant un cliché de chacune des poses avec mon appareil numérique. Je traite une première fois chaque cliché sous Photoshop afin d’éliminer les photographies les moins performantes jusqu'à n’avoir plus qu’un seul cliché. Celui-ci sous le bras je fait revenir mon modèle afin de fixer l’ultime cliché sur pellicule 6-7 grâce a un Mamiya C220 ce qui me permet d’avoir une image de très bonne qualité autorisant une bonne marge de retouche numérique ainsi qu’une capacité d’agrandissement très correcte (50cm par 70cm). Pour finir je scanne mon négatif afin de traiter mon image sur Photoshop.

 

 

 l'auteur

  

Thomas Pradeilles
est étudiant
à l'Ecole des Beaux-Arts
de Nîmes

Thomas Pradeilles
1bis rue Ste Margueritte
30000 Nimes

Tel : 06 79 13 77 94
 draad_ultran@hotmail.com
 

 

© Thomas Pradeilles -2005


Pourquoi ce type de photographie très composée qui rappelle la peinture ?

Je m’inspire beaucoup de la peinture classique pour faire mes photographies. D’abord car la majorité de mes sujets on déjà été traités en peinture, cela me donne une idée des images qui ont été crées et cela me donne énormément d’idées. Mais si j’observe ces peintures c’est surtout parce que elles contiennent une source de connaissance incroyable en ce qui concerne l’utilisation des drapés, l’organisation des corps et la composition de l’image. Je tente donc d’utiliser toutes ces informations pour donner à mes clichés la puissance visuelle omniprésente dans la peinture classique.

Comment voyez-vous votre avenir ?

J’avoue être plutôt anxieux à ce sujet. J’ai assez peur de l’échec, bien sûr je me doute bien qu’il est extrêmement difficile de vivre de ses photographies mais j’aimerais savoir si mon travail intéresse des gens, c’est très important pour moi. L’idéal pour le savoir serait de pouvoir exposer dans une galerie. J’aimerais me spécialiser en photographie mais je souhaite tout de même arriver au terme de mes études aux beaux-arts car la pratique de différents médiums est, je pense, nécessaire à la bonne évolution de ma pensée artistique et de ma technique.

Photographier un modèle est-ce comme photographier un paysage ?

Je pense qu’il est infiniment plus simple de photographier un paysage. En effet, il est extrêmement agréable d’avoir sous les yeux une photographie de paysage emplie d’émotion, de passion, d’admiration ou de tout autre sentiment. Je m’interdit formellement cela avec un modèle et porte une attention toute particulière à ce qu’aucun sentiment que je puisse avoir envers mes modèles (qui sont tous de mon entourage direct) ne transpire de mon cliché. Ainsi je multiplie les barrières afin d’installer le recul nécessaire afin qu'aucune mauvaise interprétation de mes clichés ne soit possible.

Pensez-vous être un maniériste ?

D’un point de vue strictement esthétique on peut dire que je suis un maniériste mais je ne pense pas pouvoir être classé dans le maniérisme car pour moi l’esthétique n’est pas une finalité : j’utilise seulement les canons esthétiques pour accéder a un niveau que j'espère supérieur de représentation et je tâche de garder en même temps une démarche qui, enfin je le pense, peut s’inscrire dans le domaine de l’art contemporain.

 

dernière modification de cet article : 2005

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)