[abonnement gratuit]

 

 

 

l'auteur

Bernard SULMON



 

Intervient sur le forum
sous le pseudonyme de
photo-collector

 

Du même auteur sur ce site

chambres Plaubel
Des appareils reflex moyen et grand formats
des objectifs soft-focus (objectif à flou artistique)
les chambres linhof technika
reconnaître les cames pour Technika

 

 

 

 

Chambres Plaubel
(Frankfurt A/Main - Deutschland )

par Bernard SULMON

Historique de la firme

L’histoire de la firme PLAUBEL commence au tout début du XXème siècle puisqu’elle est initialement constituée sous le nom « Plaubel & Co » le 1er novembre 1902, par un certain Hugo SCHRADER (précédemment collaborateur chez Voigtländer). L’objet social consiste en la fabrication d’appareils photo et d’objectifs.

Il semble que l’entreprise se soit d’abord orientée vers la production d’objectifs tels que Orthar, Peconar, Double-Peconar, …

Son sigle se compose de lentilles :

Ce n’est que vers 1910 que l’on voit apparaître les premiers appareils photographiques qui sont commercialisés sous la dénomination PECO. Le premier d’entre eux est une chambre pliante 9x12cm. A partir de 1912 apparaissent les premières MAKINA 4,5 x 6 cm et stéréo (45x107mm) ainsi que des « Tele-Peconar » . Ces derniers appareils sont de type « chambre à ciseaux ».

Après la première guerre mondiale apparaissent les MAKINA 6x9 et stéréo 6x13 cm, ainsi que les objectifs ANTICOMAR (de formule TESSAR).

En 1925, le fils (Goetz SCHRADER) commence son apprentissage en participant à la vie de l’entreprise.

Dès 1930, sous son impulsion, apparaissent la MAKINETTE (3x4cm) ainsi qu’un appareil à télémètre intégré destiné aux pellicules en bobine (ROLL OP II).

La société consacre désormais tous ses efforts à l’amélioration des produits existants plutôt qu’au développement de nouveaux appareils. La firme intègre les vocables « mécanique de précision et optique » dans sa dénomination.

La seconde guerre mondiale correspond au décès du fondateur (Hugo SCHRADER) et à la reprise des activités par son fils. Constatant que la photographie au flash se développe aux USA, il est le premier à en concevoir, en produire et en commercialiser en Allemagne sous le nom de MAKI-BLITZ. S'en suivent les MAKINA III désormais pourvus d’un support et d’une synchronisation pour flashes.

 

Ce n'est toutefois qu’en 1952, à l’occasion du cinquantenaire de la fondation de la firme, qu’apparait la première chambre monorail Plaubel. Cette chambre est affublée du même nom que celui de la première chambre pliante de 1902, c'est-à-dire "PECO".

Ces chambres sont destinées à équiper le monde des photographes professionnels. Le cahier des charges prévoit donc que solidité, précision des mouvements et universalité d’utilisation doivent être au rendez-vous.

Cependant, au lendemain de la guerre, la qualité des matériaux et les techniques nécessaires à leur mise en œuvre restent encore relativement limitées. La PECO 9x12cm est dès lors construite toute en métal (assemblage de pièces forgées et usinées) et est composée de corps symétriques coulissant sur un rail extensible.

A partir de 1962, l’entreprise considère que le tout métal usiné rend les chambres très lourdes, ne permet pas d’en abaisser le prix de revient, et cherche donc des pistes pour faire face aux produits de la concurrence. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, la technologie au sein de l’industrie métallurgique a réalisé d’importants progrès. La technique des pièces moulées est utilisée car elle est jugée suffisante pour perpétuer la précision et la fiabilité qui avait jusqu’alors contribué à la renommée des produits de la firme. L’aluminium est également plus présent. En 1966, un nouveau style de chambres voit donc le jour et est commercialisé sous la dénomination PECO PROFIA.

Un nouveau sigle apparaît sur ces dernières. On peut toujours y reconnaître une lentille, aux coins coupés, dans laquelle le nom de la marque s’inscrit :

 

Autour des années 1975, Plaubel est reprise par le groupe japonais DOI.

Son sigle devient :

S'en suivent les MAKINA 67, W67, 670, Profshift 69 (boîtiers fabriquées par Konica - qui disposait déjà d’une certaine expérience en matière d’appareils télémétriques avec ses Koni-Omega - puis par Mamiya et équipés de Nikkor), ainsi qu’une série d’améliorations qui sont apportées aux chambres PROFIA ; leurs dénominations reçoivent l’extension NT ou ZT.

Vers 1986, le groupe DOI arrête la production des MAKINA.

Les chambres PROFIA continuent d’être commercialisées jusqu’au décès du fils : Mr Goetz SCHRADER, en 1997.

Liste des chambres produites :

Année

Dénomination

Format max.

Disponibilité

Planchettes

 

 

 

 

 

1952

PECO

9x12 cm

 

 

1954

PECO SUPRA

9x12 cm

jusqu'en 1961

 

 ?

PECO SUPRA II

9x12 cm

?

 

 

PECO UNIVERSAL (I)

13x18 cm

jusqu'en 1961

 

1956

MAKIFLEX 6x6 (prototype)

 

non commercialisé

 

 

PECO UNIVERSAL II

13x18 cm

jusqu'en 1961

 

1958

PECO JUNIOR

6x9 cm

jusqu'en 1961

 95x95 mm

1960

PECO JUNIOR

9x12 cm

jusqu'en 1968

 

 

PECO UNIVERSAL III

9x12 à 18x24 cm

jusqu'en 1968

 

1961

MAKIFLEX

6x9 cm (9x9)

 

12x12

 

VERIWIDE 100

rollfilm

jusqu'en 1968

NA

 

PECOFLEX

6x9 cm (9X9)

jusqu'en 1968

12x12

1966*

PROFIA (martelé gris bleu)

9x12 à 18x24 cm

 

166x166

 ?

PROFIA II (noire)

9x12 à 18x24 cm

 

166x166

 1992*

PROFIA NT & ZT

9x12 à 18x24 cm

 

166x166

 

PROFIA PL

6X9 et 9x12

 

 

 

NA = non applicable : objectif fixe

 

 

* Certains parlent plutôt de 1968 que de 1966, et de 1993 au lieu de 1992 ?

MAKIFLEX et PECOFLEX


Makiflex


Pecoflex

Il apparaît clairement que la PECOFLEX n’est rien d’autre qu’un corps de MAKIFLEX montée sur un rail de PECO JUNIOR, équipée d’un soufflet plus long et d’un porte objectif de PECO JUNIOR 6x9cm autorisant tous les mouvements et bascules.

La MAKIFLEX est une version plus grande du prototype de MAKIFLEX 6x6cm conçue en 1956, mais jamais commercialisée car venant, à l’époque, en concurrence avec les SLR hasselblad et rollei plus pratiques et à l’intégration dos-corps-objectifs plus avancée.

Il s’agit d’un SLR à obturateur à rideaux de format nominal 9x9 cm, disponible avec viseur capuchon et, en option, avec hotte de visée réflexe comportant un miroir à 45°.

L’arrière du boitier reçoit normalement un adaptateur pour dos rollfim permettant la prise de vue en format Portrait ou Paysage par simple rotation. Les dos rollfilm à utiliser sont du même type que ceux prévus pour les Makina (donc des Plaubel à compteur automatique ou des RADA manuels).

Publicité pour un dos Roll-film

On peut aussi faire usage d’un adaptateur pour châssis qui permet alors d’exploiter l’intégralité de la surface carrée (9x9 cm).

La mise au point s’effectue par déplacement du corps porte objectif monté sur rail à crémaillère d’environ 70mm utiles. Aucun décentrement ou bascule n’y a cependant été prévu. Si l’on veut disposer de mouvements, il faut opter pour la version Peco-Flex.

Cet appareil est destiné à recevoir tous types d’objectifs, avec ou sans obturateur central, dont la taille est compatible avec leur montage sur des planchettes de 12x12cm (comme ceux en usage sur la Peco Junior 6x9cm). Des platines comportant un tube d’extension sont livrables de manière à permettre l’utilisation de longues focales.

PECO et PECO SUPRA

La Plaubel PECO est la première chambre au format nominal 9x12 cm, conçue et commercialisée par l’entreprise en 1952.

Elle est constituée de 2 corps identiques en forme de « U » installés sur un rail plat à crémaillère continue et à denture oblique.

Son soufflet - généralement rouge - est inamovible. Aucun soufflet grand-angle n’a été prévu. La SUPRA de 1954 dispose, quand à elle, de verrous à tirette qui permet le montage/démontage du soufflet.

Plaubel Peco

L’utilisation d’un objectif grand angle nécessite donc de faire usage d’un cône profond sur lequel se fixera l’objectif monté sur une planchette au format réduit.

Le dos de la chambre est prévu pour l’utilisation de châssis simples en tôle. Des réducteurs de format sont disponibles.

En réalité, le rail se décompose en 2 parties : un premier rail plat d’environ 30 cm sur lequel peuvent coulisser deux autres rails d’approximativement 15cm. Une fois étendus, l’ensemble permet de disposer d’un tirage de 50 cm. Aucun autre module d’extension de rail n’est prévu.

Les corps avant et arrière sont montés sur un support rectangulaire qui se déplace sur les demi-rails à l’aide d’une crémaillère. On peut donc effectuer une mise au point rigoureuse, par déplacement de ces supports seuls (crémaillère) ou préférer une première mise au point rapide par coulissement du rail supérieur à parfaire ensuite par l’utilisation de la crémaillère.

Si le décentrement en hauteur est prévu sur les corps avant et arrière, le décentrement latéral n’est pas implémenté.

Les bascules sont situées immédiatement sous le porte objectifs. Un bouton de commande unique en assure le blocage. La bascule sur l’axe horizontal est uniquement du type « à la base ».

Comme la bascule sur l’axe vertical peut s’effectuer sur 360° (sans arrêt), le rangement dans une valise est facilité puisqu’une simple bascule des corps sur 180° permet de mettre côte à côte les deux éléments sans devoir les retirer du rail.

Plaubel Peco Supra II

On peut encore discuter de l’encombrement du rangement obtenu, puisque ce qu’on gagne en largeur (boite large et trapue en cas de rangement d’une chambre tête bêche), est perdu en longueur (valise longue mais étroite).

En résumé :
- format 9x12 cm maximum.
- rail plat comportant deux parties extensibles pour un tirage max. de 50cm
- bascule à la base
- absence de décentrement latéral tant à l’avant qu’à l’arrière
- manchons porte-corps coulissant dans des rainures pratiquées dans le rail
- coulissement des manchons par crémaillère tout au long du rail
- bascules H & V regroupées sous une seule commande

- PECO 1952 : soufflet inamovible
- PECO 1954 : soufflet amovible

PECO UNIVERSAL


Peco Universal - télécharger la publicité d'époque de cette chambre

La première version est conçue uniquement pour le format 13x18cm. Les corps avant et arrière en « U » sont quasiment identiques à ceux de la PECO / PECO SUPRA. Ils comportent toutefois une tirette de chaque côté pour permettre le blocage de la planchette d’un côté, et le montage/retrait du soufflet de l’autre côté. Cette fois-ci, le soufflet devient donc amovible et un soufflet grand-angle est disponible.

Toutefois, il est ici fait usage d’un rail tubulaire comportant une cannelure externe destinée à empêcher la rotation des manchons cylindriques qui y coulissent.

Les corps avant et arrière ne sont pas montés directement sur ces manchons, mais bien par l’intermédiaire d’un système à crémaillère d’environ 6 à 7 cm.

La mise au point s’effectue donc en 2 temps : grossièrement par déplacement du manchon le long du rail, puis - de manière plus fine - par usage de la crémaillère.

Ce rail n’a pas initialement été conçu pour recevoir des extensions. Pour contourner le problème, il faut faire usage d’un second rail identique et d’un manchon spécial à placer à cheval entre ceux-ci.

Au niveau des décentrements et bascules, la mécanique mise en place est strictement identique à celle implémentée sur les PECO et PECO SUPRA (donc, bascules H & V tant à l’avant qu’à l’arrière, mais uniquement décentrements en hauteur - bascule sur l’axe horizontal « à la base » - bouton unique de commande des 2 types de bascule ).

La PECO UNIVERSAL II diffère de la première version par une conception renforcée des corps avant et arrière.

La version III dispose enfin d’un décentrement latéral, mais uniquement sur le corps AV. Les bascules autour de l’axe horizontal y sont prévues tant « à la base » que « centrale ». Les dernières sont d’ampleur toutefois limitées à environ 10°. La version III est commercialisée jusqu’au format 18x24 cm

. En résumé :

- format 13x18 au départ, puis étendu jusqu’au 18x24 sur la version III
- rail tubulaire comportant une cannelure externe
- bascule à la base (+ centrale –limitée à 10°- à partir de la version UNIVERSAL III)
- absence de décentrement latéral sur les deux premiers modèles (UNIVERSAL et UNIVERSAL II)
- décentrement latéral AV à partir de l’UNIVERSAL III
- manchons porte-corps à coulissement libre sur le rail
- corps fixés sur une petite crémaillère qui est elle-même monté sur le manchon (donc mise au point rapide et approximative via coulissement du manchon, suivi d’une mise au point fine par crémaillère)
- pas de rallonge de rail prévu lors de la conception, d’où nécessité de faire usage d’un manchon supplémentaire à cheval sur 2 rails de base ;
- bascules H & V regroupées sous une seule commande

PECO PROFIA / PROFIA II - NT - ZT

Les éléments de la PROFIA ne sont plus réalisés en métal usiné, mais sont des pièces de fonderie (métal moulé). Toute la mécanique a donc été pensée afin de maintenir la précision des mouvements face à des pièces peut-être moins bien finies que si elles avaient été réalisées en métal usiné, et également afin d’éviter au maximum leur usure par frottement. Une attention toute particulière a donc été apportée lors de sa conception. Ceci se retrouve tant au niveau des manchons des porte-corps qui ne frottent pas sur le rail, mais en sont tenus écartés, que des mécanismes de décentrements latéraux ou horizontaux. Chaque corps coulisse, au niveau de sa base, sur 6 petits patins de cuivre et est maintenu, à son niveau supérieur, par un système à 4 rouleaux (rouleaux remplacés par une simple plaque de pression avec élément en nylon sur les modèles plus récents toutefois). Quant aux décentrements en hauteur, un tube en nylon évite l’usure prématurée des parties en mouvement.

La bascule sur l’axe horizontal est désormais du type « centrale » uniquement (sauf sur les NT et ZT où l’ont retrouvera des bascules « à la base » et « centrales »).

Bascule des Profia NT et ZT

Pour assurer une rigidité suffisante et empêcher une rotation intempestive, sans avoir à trop serrer les vis de blocage, il faut disposer d’une surface de friction importante et donc encombrante. Cela nuit au rapprochement des corps avant et arrière et ne permet pas de faire usage de courtes focales sans utiliser des planchettes rentrantes. Plaubel a contourné ici le problème en faisant usage de 4 à 5 petits disques empilés les uns sur les autres. De la sorte, la surface de friction reste importante mais sans encombrement inutile. Cette chambre permet d’user de grand-angle sans nécessiter de planchette rentrante : 65mm pour le modèle 13x18cm et même 47mm si l’ont retourne le corps arrière de 180° (Dans ce dernier cas, cela ne permet toutefois que la prise de vue en mode portrait, car en mode paysage les montants du « U » font obstacle à l’insertion du châssis). Rien n’empêche, bien sûr, d’user de planchette rentrante et d’installer des grands-angles de focales encore plus courtes.

Le rail reste tubulaire, mais de section un rien plus petite que sur les UNIVERSAL. Fabriqué en aluminium, il ne comporte plus de cannelure externe, mais bien 4 cannelures internes, dont trois sont dévolues au maintien des manchons et une au système de mise au point à friction.

Les manchons ne frottent pas directement sur le rail. A contrario, le manchon en est tenu écarté par 3 cales d’épaisseur qui coulissent dans les cannelures du rail et en limitent donc la surface de friction.

Ces trois cannelures se répartissent autour du tube : l’une en haut du tube et les 2 autres, en bas, de part et d’autre (mais pas de façon symétrique) de celle destinée au mécanisme de friction.

Détail des cannelures du rail

Ceci induit un sens de montage des manchons sur le rail : un corps avant ne peut pas se monter dans n’importe quel sens sur le tube. On peut, bien sûr, toujours opérer une rotation du manchon de 180° autour de son axe de bascule. Toutefois, dans pareil cas, le repère de l’échelle de cette bascule (flèche triangulaire) est perdu car il se situe alors du côté opposé à celui où l’échelle est gravée.

Les premières versions furent livrées avec des rails qui n’étaient pas conçus pour recevoir une rallonge. Les rails plus récents permettent l’adjonction d’allonges de 24 ou 45cm.


Allonges

Comme les cannelures inférieures ne sont pas symétriques, il faut faire usage d’allonge différente selon qu’on désire la fixer à l’avant ou à l’arrière du rail. A l’avant du rail : rallonge à point bleu (ou vert) tandis qu’à l’arrière : rallonge à point jaune.

allonge avant point bleu
Allonge arrière point jaune

La mise au point s’effectue par déplacement des manchons grâce à un mécanisme à friction (roue plate qui s’engage dans la cannelure centrale inférieure du rail). L’axe de commande de cette roue comporte une molette de chaque côté et se prête donc à un usage aussi bien pour les droitiers que les gauchers.

Par ailleurs, cela permet également d’interchanger les corps avant et arrière. Il suffit, en effet, de retirer le cadre des 2 montants du « U », de lui faire subir un rotation de 180° et de le réinsérer dans les montants en « U ». Cette petite opération transforme un montant AV en montant AR et inversement.

Les blocages du décentrement latéral et de la bascule sur l’axe vertical sont assurés par des vis à tête hexagonale qui sont commandées par des poignées. Pour rattraper l’éventuel jeu qui pourrait apparaître à la longue dans ces mécanismes de blocage, il suffit de dévisser la vis qui maintient la poignée au boulon hexagonal, de retirer cette commande et de la repositionner un sixième de tour à droite avant de la refixer.

En résumé :

- rail tubulaire comportant 4 cannelures internes
- 3 cannelures servent au support des manchons porte-corps qui ne frottent pas sur le rail mais en sont tenus écartés à l’aide de 3 cales d’épaisseur en matière synthétique afin de réduire la surface de friction
- 1 cannelure sert au système d’avance par friction des corps
- cannelures non symétriques par rapport à celle de friction ce qui détermine un sens de montage différent des corps sur le rail et la nécessité de disposer de 2 types d’allonges de rail différentes : un modèle pour l’avant (point bleu ou vert) et un pour l’arrière du rail (point jaune).
Les premiers modèles de rail n’étaient pas conçus pour recevoir d’extension.
- tous les mouvements sont implémentés
- bascule centrale (centrale et à la base à partir des versions NT et ZT)
- décentrement en hauteur par crémaillère sur la version ZT
- rotation des corps autour de l’axe vertical sur 360 ° permettant l’utilisation de très courtes focales sans dispositif supplémentaire (47mm sans planchette rentrante possible si prise de vue en mode portrait - en mode paysage, les montants du « U » empêchent l’insertion du châssis)
Sans rotation, la focale minimale - sans planchette rentrante - est de 65mm tant en mode portrait qu’en paysage
- commandes séparées des 4 mouvements
- blocage de la bascule autour de l’axe horizontal par vis situées de part et d’autre du cadre.
- chambre peinte en martelé gris/bleu avec rail couleur aluminium

Différences selon le catalogue Plaubel :

PROFIA II Chambre peinte en noir avec rail noir
Blocage de la bascule sur axe horizontal par une seule vis – côté gauche
 
PROFIA NT Idem PROFIA II, mais bascules « à la base « et « centrale »
 


Profia NT

 

PROFIA ZT Idem PROFIA II, mais bascules « à la base » et « centrale »
Avec décentrements commandés par crémaillères

NB : On retrouve pourtant des Plaubel noires, avec bascule centrale uniquement, qui sont quand même équipées de décentrements à commande par crémaillère.


Profia ZT avec crémaillère

 

Peco / Peco Supra

Peco Junior

Universal

Profia

 

 

 

 

 

Formats disponibles

9x12

6,5x9 &

13x18

9x12 à 18x24

 

 

9x12

(puis 18x24)

 

Réducteur

6,5 x9

 

9x12

9x12 à 18x24

 

 

 

(puis 13x18)

13x18

Adaptateur

10x15

 

 

 

Dépolis

pour châssis simple en tôle

pour châssis simple en tôle

pour châssis doube standard

pour châssis double standard

 

(autre modèle pr châssis double standard fut disponible ultérieurement)

(autre modèle pr châssis double standard fut disponible ultérieurement)

 

 

Planchettes

plates (sans cannelures)

à cannelures

à cannelures

à cannelures

 

 

9,5 X 9,5cm sur 6,5x9

166x166mm

166x166mm

 

 

12x12cm sur 9x12

(1 encoche en bas)

(encoches : bas et haut)

Compendium

voile noir supporté par un cerceau métallique

 

compendium à décentrements latéral et en hauteur-

compendium à décentrements latéral et en hauteur-

 

 

 

(pas de bascule)

(pas de bascule)

 

 

 

griffe à placer dans le sabot central fixé sur le corps avant

support à visser sur le corps avant

Soufflets

 

 

 

 

Fixe

oui

non

non

non

Amovible

oui, à partir SUPRA II

oui

oui

oui

Standard

 

 

 

 

 Min-Max

60mm-500mm

62mm-250mm

65mm-500mm

 

G.A.

 

 

 

 

 Min-Max

 

62mm-130mm

65mm-220mm

 

 

 

 

 

 

Rail

plat 30cm, extensible à 50cm, à denture oblique

plat, non-extensible, à denture oblique

tubulaire avec cannelure externe. Extension via rail et manchon supplémentaire

tubulaire avec cannelures externes, extensible via allonge différentes pour AV et ARR

 

 

 

 

 

Décentrements

 

 

 

 

Corps AVANT

 

 

 

 

. En hauteur

 

 

 

 

 - vers le haut

50 mm

44 mm

50 mm

95 mm

 - vers le bas

50 mm

28 mm

50 mm

30 mm

. Latéral

non-prévu

26mm chq côté

à partir Mod. III : 60mm de part et d'autre du point central

90 mm de part et d'autre du point central

 

 

 

 

 

Corps ARRIERE

 

 

 

 

. En hauteur

 

 

 

 

 - vers le haut

50 mm

non-prévu

50 mm

95 mm

 - vers le bas

50 mm

non-prévu

50 mm

30 mm

. Latéral

non-prévu

non-prévu

non-prévu

90 mm de part et d'autre du point central

 

 

 

 

 

Bascules

 

 

 

 

Corps AVANT

 

 

 

 

. Axe Horizon.

 

 

 

 

 À la base

25°

25°

29°

non-prévu sur Profia implémenté sur Profia NT & ZT

 Centrale

non-prévu

non-prévu

Mod. III : + 10°

70°

. Axe Vertical

35° (1)

35° (1)

35° (1)

35° (1)

 

 

 

 

 

Corps ARRIERE

 

 

 

 

. Axe Horizon.

 

 

 

 

 . À la base

25°

25°

29°

non-prévu sur Profia implémenté sur Profia NT & ZT

 . Centrale

non-prévu

non-prévu

Mod. III : 10°

70°

. Axe Vertical

35° (1)

35° (1)

35° (1)

35° (1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 (1) limitation due à la présence du soufflet. Sans soufflet : 360°

PECO PROFIA PL 6x9 et 9x12 cm

Ces dernières sont apparues après la reprise des activités par le groupe DOI, et ressemblent fortement aux modèles conçus par la firme HORSEMAN

On pourrait éventuellement y voir un rail et des manchons traditionnels Plaubel sur lesquels seraient montés des corps Horseman L / LX adaptés au format des planchettes Peco Profia (?)

Ceci ne serait guère étonnant puisque la firme Plaubel propose également les produits Horseman sur son site www.plaubel.com .

Plaubel PL 9x12

ACCESSOIRES

Rotule Plaubel NK6

Rotule NK6

Tout aussi résistantes et agréables à l’emploi que les sinar 2D.

VISEUR REFLEX MONOCULAIRE



Viseur Reflex monoculaire

Viseur binoculaire


Viseur binoculaire

Colonne de studio

Déplacement du socle assuré par roulettes et frein à commande au pied.
Montée et descente du corps coulissant par manivelle à démultiplication et crémaillère
Compensation du poids par système à ressorts
Planchette porte accessoires Inversion du sens de montage d’un (des) bras permettant les prises de vue au ras du sol

Adaptateur pour planchettes 12x12cm

Utilisé afin de permettre le montage, sur Profia, des objectifs des Makiflex / PecoFlex / Peco Junior 9/12 soit encore pour servir de planchette rentrante pour les objectifs de type « grand-angle ».


Adaptateur planchette grand-angle

Compendium

Compatible directement avec toutes les chambres PROFIA via le système d’attache standard. Pour les UNIVERSAL, il faut disposer de l’attache spéciale

support standard pour profia


Support Compendium pour Profia


Compendium Profia

Compendium Profia

 

Griffe support de compendium pour universal

Griffe de support pour Compendium Universal
Compendium Universal

 

 

© Bernard SULMON – Mouscron – Belgique - 17.10.2009 – version II.


 

Du même auteur sur ce site

chambres Plaubel
Des appareils reflex moyen et grand formats
des objectifs soft-focus (objectif à flou artistique)
les chambres linhof technika
reconnaître les cames pour Technika

 

dernière modification de cet article : 2009

 

   
   

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)