[abonnement gratuit]

 



Sur  Liu Lihong,
voir :
Liu-Lihong
voir également le texte "Améliorations"


 

 

le photographe

Liu LIHONG

tél. (0086)23931670
tél. (0086)13019376783
liulihong58@163.com
 

d'une famille originaire de Hebei (Nord de la Chine).
Professeur et Directeur du département
de Photographie de l'Ecole de Luxun (LAFA)

1958  Naissance à Shenyang
1986  Diplôme d'art de LAFA.
1988 Passe au département de photographie
1993 Publié dans Artist’s Studio
1994 Publication de la série Studio and Nude
1999 Article ‘Photography Expands Humanism
publié dans le Meiyuan magazine

2000  Article
Photography’s Pale Face before Feminism
 dans les ‘Essays from the International Symposium of 2000’
2002 Livre de nus en noir et blanc intitulé ‘Looking at Myth
2004  Liaoning Photo et Prix de la Photo éducative
2005 Photos ‘Swaying in the City’ at ‘City and Emphasis
Guangzhou international photo biennial exhibition of 2005
Looking at Myth’ series, entre dans la collection
du China Museum of Art
 (Beijing)
Swaying in the City’
entre dans la collection du
Guangdong Museum of Art (Canton)
2006 Publié dans la collection
Chinese photographer Series book (Beijing)
2ème exposition de photographie contemporaine de Shangaï
2007 
'exchanged exhibition of Korean and Chinese modern arts’,
Seongnam Arts Center, South Korea
2008 industrial city·swan,
‘homesickness - memory and virtual reality’ exhibition,
T space Dashanzi 798 Art District 

 

  in english

 

 

Sur  Liu Lihong,
voir :
Liu-Lihong
voir également le texte "Améliorations"


 

 

 

l'auteur de l'article

Henri Peyre
Né en 1959
photographe
Beaux-Arts de Paris en peinture
webmaster de galerie-photo
ancien professeur de photographie
à l'Ecole des Beaux-Arts
de Nîmes

www.photographie-peinture.com
www.nature-morte.fr

 

 

 

 

Liu Lihong - une analyse stylistique

par Henri Peyre

 

Les 3 images présentées ici sont extraites du livre sur Liu Lihong paru dans la série Chines Photographer Series (ISBN 7-5008-3594-9/J-325)
D'autres images de la série sont visibles ici.

Quelques observations

Nous tentons dans cet article de donner quelques pistes pour l'analyse du travail de Liu Lihong. On lira sur cette autre page que le photographe utilise son appareil d'une façon très spontanée, et qu'il entend en faire un outil de découverte de lui-même, utilisé dans l'instant de l'émotion. Par ailleurs le photographe confond cette émotion avec la réalité elle-même, qu'il définit comme un pur état des sens, complètement lié à l'individu qui la vit. Partant de là, un doute profond s'installe sur l'existence du réel, doute qui malheureusement dévore en les raccourcissant les instants les plus beaux.

La photographie est alors autant un outil traditionnel de mémoire, qui permet de témoigner de ce qui va disparaître, comme le veut la photographie documentaire, qu'une expression du doute radical que les choses sont vraiment là, doute personnel que finalement chaque tirage ne cesse de ranimer.

D'où il suit une photographie plutôt pessimiste, prise sur le fond d'une Chine profondément remaniée par la vitesse des changements économiques en cours. Dès lors à la vision intérieure, cette poétisation du réel qui a tendance à exagérer la relativité des choses, mais qui s'appuie en fait sur l'immobilité d'un réel inconsistant, vient se surimposer une réalité en déplacement constant, qui à la fois semble donner entièrement raison à la vision relativiste initiale de l'auteur, mais à la fois va beaucoup plus loin : les changements de l'environnement sont tellement puissants que l'auteur ne peut plus évacuer le réel en le relativisant. On pourrait aussi dire : la neutralité du réel est en cause, son inconsistance polie qui permettait la liberté poétique s'est effacée. D'où cette idée, qui peut sembler a priori saugrenue dans l'entretien avec le photographe, que "le réel n'est pas si différent que cela du "surréalisme"". En fait le réel ne se comporte pas comme il devrait se comporter dans une vision poétique relativiste classique. Il n'observe pas la neutralité à laquelle il devrait se cantonner.

On se demande comment Liu Lihong négociera le rattrapage de sa vision par un réel qui bascule désormais plus vite que lui. Ses dernières photographies laissent à penser que la tendance "style documentaire" de son travail, travaillée dans l'effroi, emportera la tendance originelle de son style, basée sur la création d'images présentant l'intériorisation du réel. C'est ce style originel, bien établi dans la première partie de sa production que nous analysons ici.

La photographie de Liu Lihong en trois temps

Nous illustrons cette analyse de 3 images à notre avis représentatives de la vision de  Liu Lihong.

1/ Un quotidien ordinaire contesté


Liu Lihong ©


Cette image montre des immeubles comme il y en a des milliers dans la ville de Shenyang (cette ville fait 35 km de côté). Temps abominable. Une anecdote : l'auteur nous a dit que jusqu'à sa venue en Europe ces jours-ci il croyait que la clarté des photographies des européens venait d'une meilleure qualité technique des photographies et de leur traitement. En réalité il comprend que la pollution est simplement moindre, ce qui rend les bleus du ciel plus éclatants et les lointains plus nets. L'anecdote en dit aussi long que l'image. Le réel est une prison terne et triste. On n'échappe pas à cet univers lugubre.

Toutefois le regard du photographe est complètement basculé. L'absence d'horizontale dans l'image signifie clairement que l'importance du réel dépend de ce que l'observateur voit. Il introduit le regard comme sujet principal de l'image. Dès lors ce qui est représenté perd de la force et s'éloigne. Le réel est neutralisé au profit de l'impression de réel.

La présence d'un premier plan basculé à droite (le montant de la fenêtre) renforce la suggestion d'une compréhension intérieure du regard.

 

2/ Les fleurs d'un bonheur menacé


Liu Lihong ©

On retrouve souvent chez  Liu Lihong ce thème classique de la fleur comme symbole du bonheur naturel et de l'équilibre. Mais ce thème, potentiellement riche des possibilités d'une construction calme et raffinée, est présenté ici comme résistant à la menace noire et étrange d'un environnement urbain qui emplit l'image. Le temps, avec le compteur popularisé dans la photographie contemporaine par Nobuyoshi Araki, semble menacer encore ce bonheur de toutes façons déjà limité au paradis lumineux d'un simple verre. Il n'y a aucune indication sur l'ancrage de ce "verre paradis" à l'intérieur du reste de ce qui est photographié. C'est une apparition. On ne voit pas sur quoi il repose, et de toutes façons il penche encore, ce n'est qu'une construction imaginaire, un réel correspondant à un état de l'âme.

Les éléments commencent à se mettre en place :
- Réalité dépendante de la psychologie
- Intimité lumineuse du regard opposé à la menace d'un environnement plutôt sombre et hostile
- Bonheur représenté par la composition raffinée d'éléments naturels, floraux de préférence

 

2/ Trop tard...


Liu Lihong ©

Cette troisième photographie donne des indications sur la position même de l'auteur par rapport aux possibilités de bonheur qu'il peut donner à entrevoir.

Ici un milieu naturel végétal, le bonheur donc. Mais le bonheur est pauvrement éclairé par une lumière irréelle qui le dispute à une ombre menaçante. Et tout cela déjà fuit, ne fait que passer, le flou l'efface, tandis que la netteté clinique de la numérotation à droite indique froidement la fragilité de ce qui n'a peut être jamais existé qu'en tant que trace.

Le dernier élément est en place : un pessimisme fondamental. L'impression qu'à peine ces choses qu'on aurait pu goûter se sont inscrites dans une conscience qui doute d'elle-même, déjà elles s'effacent et meurent.

Le rêve est encore là, à l'état de trace... mais demain peut-être il ne restera plus que le constat. Et la jouissance artistique ne reposera plus désormais que sur la violence, cachée à d'autres, que ces lieux en apparence anodins peuvent encore représenter pour nous. Plus de connivence avec un spectateur censé autrefois rentrer dans notre intimité, hélas. On ne peut plus partager ce qu'on perd, quand ce qu'on perd est sa propre histoire, qu'on a seul vécue.


 

Sur  Liu Lihong,
voir :
Liu-Lihong
voir également le texte "Améliorations"


 




dernière modification de cet article : 2008

 

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)