[abonnement gratuit]

l'auteur

François Besson

Editions du courlis déchaîné
91 rue du Cherche-Midi
75006 Paris
France
 fbesson001@rss.fr
 

 

 

 

 

L'orotone pour tous

 

 

Nous avons tous vu des orotones, peut-être même sans savoir de quoi il s’agissait : c’est en effet le procédé utilisé par Edward S. Curtis pour ses portraits d’indiens au rendu si caractéristique. Ce rendu est liée à une technique très particulière tombée en désuétude : des positifs très clairs sont tirés sur une plaque de verre puis recouverts d’un vernis de couleur bronze.

Voici un procédé historique qui n’est pas bien difficile… et qui possède néanmoins un certain charme ! Point n’est besoin de machines compliquées et volumineuses – insoleuse, châssis-presse – point de logiciels barbares pour mettre au point des internégatifs calibrés comme des mannequins anorexiques, point de gourous blanchis sous le joug des années passés en de longues et vaines recherches !

Si vous savez tirer vos négatifs avec un agrandisseur, suivez la méthode ci-dessous pas à pas et vous ne pourrez en aucun cas échouer :

1) découper des plaques de verre de 2 mm d’épaisseur en prévoyant des dimensions légèrement supérieures à celles du tirage final en raison du petit retrait de la gélatine photosensible lors du couchage ; un « diamant » à réservoir d’huile de coupe vous évitera bien des déboires dans cette première étape.

2) Laver les plaques à la lessive Saint-Marc, les rincer abondamment à l’eau courante, puis les rincer à l’eau déminéralisée ; les essuyer avec un essuie tout et les faire sécher sur un rack.

3) Mouiller les plaques de verre avec une solution à 2% d’alun de chrome puis les essuyer délicatement à l’aide d’un essuie-tout en papier – cette étape augmente l’adhérence de la gélatine au verre, facilitant le couchage de l’émulsion et diminuant le risque de décollement lors du traitement des plaques en cuvette.

4) Mettre les plaques de verre sur un support parfaitement de niveau. Utiliser un niveau de précision (ici 0.02 mm/m)

5) Faire chauffer au bain marie de la gélatine photographique « Black Magic Mutigrade » Rollei à 43° ainsi que de l’eau déminéralisée durant 30 minutes. Diluer la gélatine 1+4 et laisser chauffer encore 30 mn en mélangeant régulièrement – les manipulations de la gélatine photosensible et des plaques doivent se faire en lumière rouge très atténuée.

6) Appliquer 0.042 ml par cm2 – dans le cas présent : 21 ml par plaque de 20x25 cm ;
étaler à l’aide d’un spalter et laisser sécher dans l’obscurité complète ; je laisse sécher une nuit sur le support de coulage puis je place les plaques dans des boîtes à papier vide que j’emballe dans des sacs opaques à la lumière jusqu’au séchage complet. Les plaques sèches sont parfaitement homogènes.

7) Tirer vos négatifs à l’agrandisseur comme sur un papier ordinaire - l’émulsion de la plaque contre la surface du margeur pour que l’image soit orientée correctement une fois vernie. Un margeur noir limitera les halos. La mise au point s’effectue sur une feuille de papier mince posée à même le margeur. Les tirettes du margeur permettent un positionnement aisé de la plaque.

8) Pour obtenir de bons résultats, le tirage vu en transparence doit être très nettement sous exposé. Une petite plaque vernie appliquée contre le verre permet d’avoir une bonne idée du résultat sans attendre le séchage complet.

9) Traiter en cuvettes à température basse – 18° environ – pour éviter le décollement de la gélatine ; faire attention à ne saisir les plaques que par leur tranche pour la même raison

10) Rincer brièvement et laisser sécher.

11) La plaque une fois sèche est vernie du côté gélatine.

Contemplez votre œuvre et vous découvrirez ce qui distingue un orotone d’un tirage sur papier !

« Quelle que soit leur qualité, Les tirages photographiques traditionnels manquent toujours de profondeur et de transparence ou plus précisément ils manquent de cette luminosité chatoyante qui nous frappe à la vue de galets baignant dans les ruisseaux limpides des forêts quand le bleu du ciel et le vert des feuillages ont été absorbés par l’eau ; pourtant, ces mêmes galets miroitants, une fois sortis de l’onde et séchés nous semblent ternes et insignifiants. Les tirages photographiques traditionnels sont tout aussi ternes comparés aux orotones qui retiennent toute la lumière et sont aussi vivants et étincelants qu’une pierre précieuse » (Edward S. Curtis)

Les images d’Edward S. Curtis sont visibles ici :
http://www.therainbowman.com/
volume.htm

 

-------------------------------------

J’ai utilisé ici les produits suivants :

Black Magic multigrade de Rollei, produit par Labor Partner
Fournisseurs :
- macodirect.de
- labo-argentique.com

Révélateur multigrade d’Ilford, Fixateur rapide d’Ilford

Vernis à dorer Louis XIII
Fournisseur :
Valmour

Alun de chrome
Fournisseur : 
http://disactis.com/boutique/category.php?id_category=64

Niveau de précision : acheté chez Otelo

Coupe verre : toute une gamme chez Ceradel
 

 

Voir aussi :


Pages du site sur les procédés alternatifs :
carlos barrentes tireur
collodion humide
collodion, Ô mon beau collodion
construire une insoleuse photo  20x25
construire une insoleuse photo  pour le 4x5"
contre-histoire de la photographie, par camille bonnefoi
cyanotypie
danger de la chimie photographique
Hacer tirajes en el siglo XXI
Interview de Lionel Turban, fondateur de Disactis
j'ai reçu mon kit platine !
justine montmarché et sébastien bergeron : photo de rue
kallitypie
l'orotone pour tous
la trichromie pose la bonne question
le plus grand van dyke
le procédé Rawlins à l'huile, interview de Philippe Berger
michel graniou : palladium
montage simple de tubes uv pour une insoleuse
oléotypie
palladium : un livre en téléchargement gratuit
palladium : un livre en téléchargement gratuit (version 2007)
procédé Van Dyke
sel de der : fabriquer son oxalate ferrique
technique du charbon
technique du papier albuminé
technique du papier salé
tirage au bichromate par teinture directe
tirage au charbon direct
tirage platine - palladium
tirage à l'oeuf entier
tirage à la gomme bi-chromatée
trichromie à la gomme bichromatee
ziatype : une recette du palladium par jean-claude mougin
élargir le trou d'une planchette porte-objectif

 

 

dernière modification de cet article : 2011

 

 

tous les textes sont publiés sous l'entière responsabilité de leurs auteurs
pour toute remarque concernant les articles, merci de contacter henri.peyre@(ntispam)phonem.fr

une réalisation phonem

nouveautés
galerie
technique
matériel
stages
adresses
librairie
boutique amazon
magasin arca-swiss 

plan
forum
liens
contact
radio-labo

abonnement gratuit
recherche sur le site
(chargement lent en première utilisation - veuillez patienter)